Le chômage partiel prolongé jusqu'en décembre pour le secteur du tourisme

Le gouvernement a annoncé ce mercredi la prolongation jusqu'en décembre du dispositif de chômage partiel pour le secteur du tourisme, très affecté par la crise liée au coronavirus. Une aide essentielle pour l'économie corse, toujours dépendante du secteur touristique.

L'annonce de la prolongation intervient alors que le secteur touristique corse accuse le coup de la crise sanitaire.
L'annonce de la prolongation intervient alors que le secteur touristique corse accuse le coup de la crise sanitaire. © Pascal Pochard-Casabianca / AFP
C'est une bonne nouvelle pour les professionnels du tourisme insulaires : ce mercredi, le gouvernement a annoncé la prolongation jusqu'en décembre du dispositif de chômage partiel mis en place pour le secteur du tourisme.

"Les professionnels du tourisme ont besoin d'un soutien dans la durée ; pour certains cela va être une année blanche. On continuera d'être à leur côté", a déclaré Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'État au Tourisme au micro de France Info.
 
Initialement mis en place durant le confinement pour aider les professionnels à faire face à la baisse ou l'arrêt de leur activité, ce dispositif avait été prolongé une première fois, de mai à septembre.

À cause de la crise sanitaire liée à la Covid, le flux des touristes étrangers s'est tari, et celui des visiteurs français s'est considérablement réduit. De nombreux événements sportifs et culturels, qui rythment habituellement la saison estivale en Corse ont été annulés : la course Restonica Trail et le festival Calvi on the Rocks ont ainsi été reportés à l'année prochaine.
 
Une situation catastrophique, alors que le tourisme reste l'un des principaux piliers de l'économie insulaire : malgré les tentatives de diversification économique engagées ces dernières années par les institutions corses, le secteur représente 30% du PIB corse, soit 2,5 milliards d'euros et entre 8000 et 11 000 emplois à l’année, auxquels s'ajoutent les plus de 13 000 saisonniers embauchés chaque été.

De plus, la consommation touristique tend également à impacter les autres filières économiques, telles que le transport, l' agriculture et les industries agro-alimentaires ou encore le BTP.

L'annonce de cette prolongation est donc une bonne nouvelle, alors que le secteur fait face à une perte de chiffre d'affaires potentielle de 70% sur les 6 prochains mois, selon une enquête de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Haute-Corse.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus société tourisme économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter