En Corse, les 80 salariés de Conforama inquiets pour leur avenir

Conforama, numéro trois de l'ameublement français, est dans le rouge. Le groupe qui compte plus de 160 magasins en France, dont deux en Corse, est en proie à de lourdes difficultés financières. Un plan de reprise négocié avec l’un de ses concurrents sera présenté à Paris le 23 juin prochain.

L'enseigne d'ameublement Conforama est en grande difficulté. L'entreprise compte 80 salariés en Corse.
L'enseigne d'ameublement Conforama est en grande difficulté. L'entreprise compte 80 salariés en Corse. © Denis Charlet / AFP

À Bastia, le magasin d’ameublement Conforama ne désemplit pas. « C’est très pratique parce qu’il y a beaucoup de choix, et c’est moins cher », lance une cliente. Mais les salariés, eux, angoissent. Car le groupe est en grande difficulté. Son propriétaire, le groupe sud-africain Steinhoff, fait l’objet de plusieurs poursuites judiciaires pour avoir falsifié ses comptes, et l’enseigne atteint plus de 100 millions d’euros de passif au niveau national. 

Une situation aggravée par la crise du coronavirus lors de laquelle les effectifs bastiais ont pratiquement été divisés par deux. Et cela continue. « On nous a annoncé qu’on était au chômage partiel jusqu’à la fin de l’été. Ils n’ont pas les finances pour régler la reprise de tous les employés. On est restreint dans les effectifs ce qui est très compliqué vu l’affluence du magasin, que ce soit au niveau des vendeurs ou au niveau des caisses. C’est très compliqué », explique Éric Samuel, délégué STC. En tout, l’enseigne compte 80 salariés dans ses magasins de Bastia et Ajaccio. 

Un rachat par But ? 

Pour sauver l’enseigne, une piste paraît se concrétiser : un rachat par son grand rival But, détenu par le groupe autrichien Lutz. 

Ce rachat pourrait intervenir dans quelques semaines et bénéficie du soutien des banques et de l’Etat grâce à un prêt garanti. Le 23 juin prochain, le plan de reprise négocié avec But sera officiellement présenté lors d’un comité social et économique prévu à Paris. 

Si le rachat de Conforama échoue un plan de redressement judiciaire pourrait être prononcé. La suppression de 1.900 emplois sur 8.600 a déjà été actée ainsi que la fermeture d’une quarantaine de magasins. 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi économie entreprises
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter