Ajaccio : sensibilisation au kitesurf pour des équipes de secours en mer

Sur la plage du Ricanto, à Ajaccio, l'association CorsiKite a présenté les particularités de ce sport à des équipes de sauveteurs en mer. Objectif faciliter leurs interventions en cas d'accidents.

Par France 3 Corse ViaStella

Matinée studieuse sur la plage du Ricanto. Par petits groupes, les services de secours en mer découvrent le matériel de kitesurf et son fonctionnement. Ils appréhendent pour la première fois le Foil, un flotteur de plus en plus utilisé en Corse.

« On a un mât qui fait à peu près un mètre de long. On a un bord d’attaque qui est arrondi, qui est assez doux. Par contre il a un bord de fuite qui peut-être taillant comme un rasoir », explique un kiteur.

Ajaccio : sensibilisation au kitesurf pour des équipes de secours en mer
Intervenants : Frédéric Guichard, président et fondateur de "CorsiKite" ; Thomas Domenichini, chef du CROSS MED en Corse ; Thomas Gonet, bénévole à SNSM - Station d'Ajaccio Reportage : Wolinsky Sylvie ; Agostini Stéphane ; Delsol Jean-Jérôme


Ce sport de glisse très rapide, peut atteindre 30 nœuds. Sans un apprentissage, il peut donc s’avérer dangereux pour ses pratiquants.
« Je pense que d’ici quelques années, en tout cas sur Ajaccio, avec les conditions de vent qu’on a, on aura essentiellement des gens qui vont pratiquer en foil. Des gens qui vont forcément être tentés de naviguer beaucoup plus loin, et qui vont se mettre en situation de danger », estime Frédéric Guichard, président et fondateur de "CorsiKite"

« On ne peut pas se baser sur des témoignages terrestres »


Et si les alertes au CROSS (Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage) concernant des kitesurfeurs en détresse sont encore peu nombreuses, il faut tout de même coordonner les secours afin qu’ils ne se mettent pas en danger.

« Même si elle [la discipline] se pratique en groupe, les kiteurs évoluent en individuel, et comme ils sont seuls, on ne peut se baser que sur des témoignages terrestres. Pour nous aider dans notre phase d’analyse, pour déterminer s’il s’agit d’une détresse ou d’une fausse alerte, il faut qu’on connaisse la pratique en elle-même », précise Thomas Domenichini, chef du CROSS MED en Corse.

De la théorie à la pratique, cet après-midi-là, le golfe d’Ajaccio fait office de terrain d’entrainement. À bord de deux bateaux de sauvetage, des bénévoles de la SNSM (Société Nationale de Sauvetage en Mer)  et des pratiquants de kitesurf. Objectif : simuler la récupération de blessés et de leur matériel. « C’est intéressant que l’on puisse apprendre les techniques pour que l’on puisse les récupérer en mer. Que ce soit des victimes conscientes ou inconsciente, traumatisées ou non », indique Thomas Gonet, bénévole à SNSM à la station d'Ajaccio.

Les kitesurfeurs peuvent avoir le sourire, casse ou accident les secours sont parés.


Sur le même sujet

Municipales 2020 : Entretien avec Paul-Félix Benedetti, chef de file de Core in Fronte

Les + Lus