Décès de l'ancien ministre François Léotard à l'âge de 81 ans : "Il avait défendu la liberté lors de l'affaire des paillotes" se souvient José Rossi.

L'ancien ministre François Léotard est mort aujourd'hui, le président de la République Emmanuel Macron l'a annoncé sur les réseaux sociaux. Originaire d'Ajaccio, il s'était notamment engagé aux côtés de José Rossi contre la destruction des paillotes ordonnée par le préfet de Corse de l'époque, Bernard Bonnet.

Le Président de la République, Emmanuel Macron l'a annoncé sur les réseaux sociaux, l'ancien ministre François Léotard est mort, aujourd'hui, à l'âge de 81 ans.

Originaire d'Ajaccio par sa mère, il était le petit fils du photographe Ange Tomasi.

Opposition au préfet Bernard Bonnet 

En vacances dans l'île, en avril 1999, François Léotard avait apporté un soutien innatendu aux propriétaires des paillotes dont le préfet Bernard Bonnet, avait ordonné la destruction. 

Le président de l'Assemblée de Corse de l'époque, José Rossi, s'était également rendu sur les lieux pour marquer son désaccord : il regrettait alors l'intervention militaire ordonnée par le préfet Bonnet, le jour même où l'assemblée délibérait, justement, sur la question des paillotes. 

"Face à un préfet de la République qui n'en était pas un et qui avait sombré dans la folie, il avait défendu la liberté. Quant à moi, je l'avais soutenu dans cette démarche", se souvient José Rossi.

Les oppositions du 9 avril 1999 n'auront pas suffit : une dizaine de jours plus tard, dans la nuit du 19 au 20 avril, un incendie avait finalement ravagé la paillote "Chez Francis". 

Face à un préfet de la République qui n'en était pas un et qui avait sombré dans la folie, il avait défendu la liberté. Quant à moi, je l'avais soutenu dans cette démarche

José Rossi

Au-delà des convergences politiques, François Léotard et José Rossi, qui avaient été ministres en même temps sous Balladur, ont entretenu de solides liens d'amitié, assure l'ancien président de l'Assemblée de Corse : "Nous étions amis de longue date, c'est même moi qui l'avait marié lors de ses secondes noces, à Grosseto Prugna, lorsque j'étais maire"

Propos polémiques visant la presse 

Fin mai 1986, alors que l'heure est à la cohabitation et que la situation est particulièrement tendue entre les nationalistes corses et le gouvernement de droite, des propos prêtés par l'hebdomadaire "Le Point" au ministre de la Culture de l'époque, François Léotard, suscitent la polémique dans l'île.

Le ministre aurait accusé des journalistes en Nouvelle-Caledonie, aux Antilles et en Corse d'avoir "joué contre la France, la collusion avec des puissances étrangeres".

Ces propos, selon le journaliste du "Point", viseraient Radio-France Outremer, Radio-France Internationale et FR3-Corse suscitant la réaction indignée de l'intersyndicale des médias visés qui avait déposé plainte. 

Une longue carrière politique 

François Léotard avait été ministre de la Culture (1986-1988) puis de la Défense (1993-1995) pendant la présidence de François Mitterrand, sous les gouvernements Chirac puis Balladur. Maire de Fréjus, député, il avait notamment présidé l'UDF, parti de centre droit, de 1996 à 1998. 

Il avait mis un terme à sa carrière politique dans les années 2000. Cela faisait suite à des échecs électoraux et des ennuis judiciaires - condamnation en 2004 à dix mois de prison avec sursis pour blanchiment et financement illicite d'un parti - l'avaient aussi fragilisé. 

Sa dernière visite dans l'île remonte à mars 2019. En visite à Ajaccio, il avait fait une séance de dédicace de son dernier livre Les petits éloges pour survivre par temps de brouillard à la librairie Les Palmiers. 

Visionnez le reportage France 3 Corse du 09 avril 1999 

durée de la vidéo : 00h02mn10s
Le 9 Avril 1999, alors que le préfet de l'époque Bernard Bonnet a envoyé des bulldozers pour détruire les paillotes de la plage Mare è Sole, François Léotard et José Rossi, s'opposent à la destruction ©France TV, INA

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité