Du 22 au 25 septembre, le festival "Jazz in Aiacciu" investit le Théâtre de verdure du Casone à Ajaccio

Publié le Mis à jour le
Écrit par Laetitia Salis .

Que vous soyez passionnés de jazz et de musiques du monde ou néophytes, ne manquez pas l'édition 2021 de "Jazz in Aiacciu", qui se tient cette année du 22 au 25 septembre à 21h00 et au Casone d'Ajaccio en raison de la crise sanitaire. Au programme, 4 concerts avec de grands noms...

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

ANNE PACEO - Bright Shadows
Mercredi 22 septembre 

1ère partie : Family Quartet

durée de la vidéo: 04 min 18
Concert le 22 septembre au théâtre de verdure du Casone à Ajaccio

Née en 1984, Anne Paceo mène une carrière exceptionnelle. D’abord repérée comme accompagnatrice auprès des grands noms de la scène musicale (China Moses, Jeanne Added, Melissa Laveaux, RhodaScott...), elle est aussi leader et compositrice fertile, qui a su inventer un style singulier et identifiable dès les premières mesures.
En témoignent ses 2 Victoires de la musique («Artiste jazz de l’année» en 2016, «révélation jazz» en 2011) et sa discographie prolixe (6 albums en 10 ans, qu’ils l’ont emmenée jouer dans 44 pays sur les 5 continents).
Avec 6 disques à son actif Anne Paceo se joue des codes et des styles, mettant un point d’honneur à briser les frontières et rechercher des alchimies très particulières entre les musiciens qui composent ses groupes.
Avec "Bright Shadows", son dernier album, l’odyssée d’Anne Paceo prend une puissante dimension introspective à la poétique envoutânte. En plus d’en signer l’écriture et d’en dicter l’orientation rythmique, la batteuse prend le micro pour mieux «chanter son poème au monde». Des compositions hybrides, une esthétique captivante et bigarrée... Pop bleutée, soul veloutée, salves électriques, subtils motifs minimalistes et même quelques effluves ouest-africaines...

BELMONDO QUINTET
Jeudi 23 septembre
1ère partie : Jean-Baptiste Gomez

(en remplacement de KURT ELLING FEAT. CHARLIE HUNTER - « Superblue » suite à l'annulation de sa tournée européenne)

Belmondo Quintet

Qui ne connaît pas les frères Belmondo ?
Héritier flamboyant de Chet Baker et Freddie Hubbard, Stéphane, l’un de grands lyriques de son instrument, compte parmi les trompettistes les plus estimés de ce côté-ci de l’Atlantique. Artisan infatigable du rapprochement entre les musiques, Lionel, le saxophoniste, a fait se rencontrer les âmes de Lili Boulanger et Yusef Lateef, conciliant l’esprit coltranien avec les traditions liturgiques françaises, et portant la flamme du jazz au cœur de l’univers postimpressioniste classique. Depuis plus d’un quart de siècle, ces deux musiciens d’exception ont mené un nombre impressionnant d’aventures musicales, avec le soutien inconditionnel de leur groupe, qui les a toujours suivis dans leurs explorations artistiques, quelle que soit la direction qu’ils leur impulsaient.
Fondé à la fin des années 1980, le Belmondo Quintet s’articule sur la paire complice formée depuis l’enfance par Lionel et Stéphane Belmondo. Dès ses premières apparitions, sur scène comme sur disque, le groupe a imprimé sa marque dans le paysage français du jazz, en défendant bec et ongles le droit de jouer une musique intense et spirituelle, résolument acoustique, qui réactualisaient les concepts du jazz moderne développés par des artistes tels que Miles Davis, John Coltrane, Bill Evans ou Wayne Shorter. Formé à la rude école du relevé, de l’écoute, des standards et de l’imitation, les frères Belmondo ont baigné dans la musique depuis toujours, sous l’influence de leur père Yvan, saxophoniste, impresario et pédagogue, disparu en décembre 2019 — ils avaient enregistré à ses côtés, six ans plus tôt, en sextet l’album « Mediterranean Sound » en souvenir de leur enfance dans cette terre d’ancrage de Provence, entre Toulon et Hyères, où ils monté leurs premières formations et, de Michel Petrucciani à Thomas Bramerie, noué leurs premières amitiés musicales.
« Brotherhood » n’est que le cinquième album du Belmondo Quintet, sortie en mars 2021. Il marque le retour au disque d’un groupe qui, au fil d’une histoire riche et tumultueuse, a accueilli la fin fleur du jazz hexagonal et constitué un exemple pour plusieurs générations de musiciens français. Entièrement constitué de nouvelles compositions « Brotherhood » active la mémoire de ceux qui ont précédé et les frères Belmondo, sans pour autant s’égarer dans la nostalgie.

MICHELLE DAVID & THE TRUE-TONES
Vendredi 24 septembre
1ère partie : Oxy

Michelle David & the True –Tones

Élégante, pétillante et puissante : Michelle David est LA chanteuse soul américaine, accompagnée par les dynamiques Gospel Sessions tout droit venus d’Hollande. Ceux qui ont tant aimé la regrettée Sharon Jones risquent fort de se consoler avec, ce petit bout de femme, Michelle David. À cette différence près que cette Américaine cherche plus loin encore, au plus profond du gospel et du blues de quoi enflammer sa soul. 
Ce qui a commencé comme un projet de découverte du berceau de  la soul et du r&b a abouti à quatre albums à saveur Gospel. Il a également garni une nomination Edison (The dutch Grammy). Au fil du temps il sont passés d’un projet explorant le genre Gospel à un groupe légitime avec leur propre style. Ce qui les a amenés à graver cela dans le marbre avec un nouveau nom « Michelle David & The True-Tones ».
Au cours des cinq dernières années, le groupe a embrassé avec succès diverses influences allant du Gospel traditionnel à l’afrofunk, de la Soul à Calypso et Gnawa marocain. Ces variations ont donné lieu à cinq albums qui ont parfaitement capturé les découvertes du voyage. Le nouveau nom leur permet de continuer à se développer et à intégrer plus d’influences musicales qui complètent leur style. Le groupe assure aux fans et aux autres que bien que le nom change, la substance reste la même.
Ce désir est d’apporter aux gens le vrai message de la musique qui est AMOUR, UNITE et ENSEMBLE.

PETER CINCOTTI
Samedi 25 septembre
1ère partie : Chantraine Trio

durée de la vidéo: 00 min 23
Concert le 25 septembre à Jazz in Aiacciu

88 touches, un banc et un micro. Donnez-les à Peter Cincotti et il vous fera voyager partout. Comme un pilote dans un cockpit, quand Peter Cincotti s'asseoit devant un piano, c'est comme si le monde vivait au bout de ses doigts. Ce véritable new yorkais débuta en haut de l'affiche, trustant les places  d'honneur dans les Billboard Jazz Charts dès l'âge de 18 ans. Il fut le plus jeune artiste à y arriver. Depuis Peter Cincotti s'est produit sur les plus prestigieuses scènes mondiales telles que le Carnegie Hall et l'Olympia. Il a accompagné des artistes allant de Andrea Bocelli à David Guetta. A participé à la bande son de Spiderman II. Il a mis en musique des shows  pour des grands noms de la mode comme Ermenegildo Zegna et Tod's. Il est apparu en personne dans la série " House of Cards" sur Netflix.
Tout au long de sa jeune carrière, ses compositions sensibles et socialement engagées, ont inspiré David Foster titulaire de 16 grammy qui a produit le 3ème album de Peter Cincotti "East of Angel Town" comportant le titre "Good Bye Philadelphia" qui traversa les mers et obtint un très grand succès en Europe. Peter Cincotti a métamorphosé les genres musicaux et mélangé les influences dans différentes directions mais son parcours débouche sur des chemins inexplorés dans son nouvel album " Long Way From Home", écrit, arrangé et produit par lui même, qui est un mélange optimiste  provenant de différents horizons musicaux, soutenu par un jeu rythmé se rapprochant du paysage musical actuel.


Infos et billetterie ici

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité