Archéologie : à Tavera, une nouvelle découverte prouve une occupation depuis la préhistoire

Depuis 2014, des fouilles sont effectuées sur le site I Casteddi à Tavera dans la Gravona. Si les archéologues avaient retrouvé sur place une occupation à l'âge du bronze et à l'âge du fer, jusqu'à ce jour, une occupation à l'époque de la préhistoire n'avait pu être prouvée. C'est désormais chose faite.

À Tavera, la terre a livré un secret. Sur le site d’I Casteddi, où des fouilles sont organisées par le laboratoire régional d’archéologie (LRA) depuis 2014, une nouvelle découverte a permis une avancée majeure dans la compréhension des lieux.

Ainsi, si le site a été occupé à l’âge du bronze, à l’âge du fer, au moyen-âge, il l’a aussi été au néolithique, soit la fin de la préhistoire. Jusqu’alors, rien ne permettait de prouver l’occupation préhistorique de la zone.

« Sous la maison de l’âge du bronze moyen, sous le niveau d’installation, on a mis en lumière un niveau qui s’apparente au néolithique, c’est-à-dire au IVe ou au IIIe millénaire. Il est parfaitement caractérisé par le mobilier, il y a des fragments de vases cassés qui sont vraiment caractéristiques de la période. On a une couleur grisée qui renvoie à un foyer qui reste à bien localiser », explique Hélène Paolini-Saez, directrice du LRA.

durée de la vidéo : 00h02mn15s
JP.Mattei ; M.Landry ; M.Luccioni ©France Télévisions

« Une communauté qui avait la main mise sur le territoire »

Sur site, trône un château médiéval vraisemblablement daté du XIIe ou XIIIe siècle, découvert en 1961. Dénominateur commun à plusieurs châteaux seigneuriaux occupés plusieurs millénaires avant notre ère, il est placé sur un site naturellement défensif.

La maison de l’âge du bronze retrouvée juste à côté, laisse entrevoir une structure intelligemment intégrée au site. En attestent ces encoches alignées où venaient s’encastrer les chevrons de la toiture.

De quoi comprendre aussi le statut des habitants des lieux, qu’importe leur époque. « On sait que les gens qui vivaient ici étaient un peu une communauté élitaire, c’est-à-dire une communauté qui avait un peu la main mise sur ce territoire qu’ils ont créé en quelque sorte. Quand on dit territoire, ça veut dire habitation, mais ça veut dire également zone funéraire, zone d’activités. Cela nous renvoie à une communauté qui a de l’importance dans la vallée et qui doit fonctionner avec d’autres occupations que l’on connaît par ailleurs et que l’on met en évidence à travers d’autres opérations archéologiques », reprend Hélène Paolini-Saez.

L’étude dans la couche néolithique se poursuivra l’an prochain puisque la fouille annuelle s’achève à la fin du mois de juillet. Le LRA les poursuivra, au moins, jusqu’en 2025.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité