Les derniers soutiens de François Fillon en Corse

Corse : les derniers soutiens de François Fillon
Georges Fenech, député "LR" du Rhône - France 3 Corse ViaStella - Pierre Simonpoli, Sylvie Wolinsky

Toute la journée vendredi, les départs ont continué autour de François Fillon, jusqu'à la décision dans la soirée de l'UDI de retirer son soutien. Le candidat à l'élection présidentielle est lâché jusque dans son propre camp. En Corse, le député-maire d’Ajaccio renonce à le soutenir.

Par France 3 Corse ViaStella / GB

Les soutiens de François Fillon cèdent un à un. En Corse, le député LR de la première circonscription de Corse du Sud, Laurent Marcangeli, a annoncé vendredi soir dans un tweet avoir "pris la décision de [se] retirer de la campagne de François Fillon, tant au niveau national que local."


Le président du parti centriste UDI, Jean-Christophe Lagarde a demandé un peu plus tôt dans la journée "solennellement aux Républicains de changer de candidat" au profit d'Alain Juppé, "le plus légitime".

Vendredi matin, c'est Patrick Stefanini, directeur de campagne de François Fillon, qui a envoyé sa lettre de démission au candidat de la droite, précisant qu'elle serait effective dimanche soir. 

Mais ces défections ne semblent pas suffire à ébranler la détermination du candidat.

"Je vous attends nombreux dimanche à 15h place du Trocadéro, pour montrer, aux yeux de tous, ce qu'est la volonté des militants de la France", lance François Fillon dans une vidéo postée sur Twitter en début de soirée.


François Fillon exclut ainsi tout retrait de la course dans les prochaines heures au profit d'Alain Juppé comme le voudraient maintenant nombre d'élus LR.

Il est le meilleur pour porter un projet pour la France et la Corse a besoin d’avoir une République forte.


En Corse du Sud, seul le député LR de la deuxième circonscription, Camille de Rocca Serra continu d’afficher un indéfectible soutien au soldat Fillon.

"Je pense qu’il est le meilleur pour porter un projet pour la France et la Corse a besoin d’avoir une République forte, d’avoir une France forte, parce que l’on aura besoin de solidarité et d’un homme d’Etat capable de nous défendre et de protéger les français."

Sur le même sujet

Les + Lus