Les services de réanimation de Corse appellent à une journée de grève le 11 mai

Dans un communiqué de presse publié ce dimanche 18 avril, les services de réanimation appellent à une journée de mobilisation nationale, prévue le 11 mai prochain. Les équipes demandent une meilleure reconnaissance de leurs compétences, mises à contribution ces derniers mois avec le Covid-19.

Le service de réanimation du centre hospitalier d'Ajaccio a partagé, ce dimanche 18 avril, un appel à la grève prévue le 11 mai prochain.
Le service de réanimation du centre hospitalier d'Ajaccio a partagé, ce dimanche 18 avril, un appel à la grève prévue le 11 mai prochain. © Pascal Pochard-Casabianca/AFP

Pour les soignants des réanimations de Corse, la crise du Covid-19 a permis de "mettre en lumière la technicité des services de réanimation". Sous pression et sans réelle reconnaissance de la spécificité de leur exercice, les équipes de "réa" en Corse s'associent à une journée de grève nationale, prévue le mardi 11 mai prochain.

En France, la réanimation est reconnue comme une "véritable spécificité", mais le statut de leurs infirmiers, lui, ne profite d'aucune reconnaissance.

Trois revendications sont donc portées par ces services : 

Des services face au Covid-19

"Un rapport de la Cour des comptes, publié le 18 mars dernier, préconise d'assurer la formation des IDE (infirmier diplômé d'Etat, ndlr) de soins critique et de reconnaître leurs compétences", ajoute le document.

Les services de réanimation espèrent donc que les compétences des soignants soient davantage reconnues. D'autant plus qu'ils font face à une situation difficile : "Il est connu de tous que les réanimations de toute la France souffrent d’un turnover du personnel soignant, la réanimation d’Ajaccio n’échappe pas à la règle."

Le service de réanimation d'Ajaccio a lancé une pétition, ce dimanche 18 avril, pour demander le soutien de la population. Depuis le mois de janvier, les services de réanimation de Corse font notamment face à la troisième vague de Covid-19. Quinze patients sont actuellement placés en soins intensifs.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société