Municipale in Campagna à Ajaccio : Michel Ciccada

Publié le Mis à jour le

"Ajaccio Ras-le-bol". Le nom de la liste de Michel Ciccada a le mérite d'annoncer la couleur. Pour que ça aille mieux dans la plus grande ville de Corse, il faut que ça change. Le candidat n'est pas un nouveau venu dans le giron politique. C'est la quatrième fois qu'il se présente aux municipales. 

"C'est la liste du peuple ! Alors le 15 mars prochain, de la Lune, vous verrez la muraille de Chine, et le bulletin Ras-le-bol. Vous pouvez me croire", martèle Michel Ciccada sur le plateau de Viastella, face à Jean-Vitus Albertini.

Bulletin en main.  



Trois campagnes en tête de liste aux Municipales et une campagne aux Territoriales n'ont pas suffi à policer son discours, et sa rhétorique est moins huilée que celle des habitués des tribunes. 

Pas de programme mais des propositions

Mais le candidat à la mairie d'Ajaccio ne manque pas de détermination, et compte bien être pris au sérieux. 



"La ville d'Ajaccio est en souffrance. C'est la misère. Notre liste n'est pas faite pour rigoler. C'est une liste costaude, qui compte des personnalités connues à Ajaccio. Et nous ne manquons pas de propositions concrètes et sûres à 100 % pour aider la ville". 

 


La liste Ras-le-bol n'a pas de programme. Ce n'est pas banal à un mois et demi du scrutin. 

Mais elle a des propositions. 



Pour l'aménagement de la Citadelle, par exemple, qui a été rétrocédée à la ville. 

"On va être face à un gros problème. Moi, cet espace, je le vois culturel. Je ne vois pas de magasins, pas de commerçants. Si c'était le cas ça coulerait toute la ville." 



 
 

Il faut du concret, et de suite ! 



C'est l'un des sujets majeurs, pour Michel Ciccada. 

 Le centre-ville, et la mort des petits commerces. 

Un sujet qu'il connaît bien, lui qui tient un établissement dans la vieille ville. 



"On nous promet des parkings, mais ce ne sont que des mensonges. J'aimerais qu'il y ait un impôt sur le mensonge ! Les parkings qu'ils veulent faire, c'est trois ou quatre ans. On ne peut plus attendre trois ou quatre ans. les commerçants meurent, il faut du concret. Et de suite."



 




Pour autant, Michel Ciccada ne se voit pas pour autant dans le bureau du maire en mars prochain. Pas ceint de l'écharpe tricolore, en tout cas. Mais pourquoi pas pour lui glisser quelques idées ?

"Nous avons réfléchi, et nous avons des dossiers, des solutions, pour la ville d'Ajaccio. Nous les transmettrons au gagnant. Qui ce sera, on ne le sait pas encore. Mais on est dans le sérieux, on n'est pas venus pour rigoler."

 

Nos idées, nous les transmettrons au gagnant



Est-ce que la tête de liste d'Ajaccio Ras-le-bol aurait une préférence, alors, pour le prochain maire ? 

Peut-on envisager un report de voix au second tour ?

 




Rien n'est décidé, à en croire Michel Ciccada.

"Nous allons faire une réunion en comité restreint, nous agirons selon ce que dira notre liste parce qu'il y a des gens de gauche, de droite, des natios, il y a de tout sur notre liste". 



Dans ce domaine-là, au moins, Michel Ciccada est conforme à la tendance des Municipales 2020 sur l'île...

 


Le premier tour des municipales se tient le 15 mars prochain.







 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité