Municipale in Campagna à Propriano : Jean-Pierre Luciani parviendra-t-il à faire vaciller Paul-Marie Bartoli ?

ILLUSTRATION/ Vue du Quai St Erasme, port de plaisance de Propriano, en Corse-du-Sud / © CORSICA SUD / corse-sud.net
ILLUSTRATION/ Vue du Quai St Erasme, port de plaisance de Propriano, en Corse-du-Sud / © CORSICA SUD / corse-sud.net

A la tête d'une liste sans étiquette, Jean-Pierre Luciani a réussi la gageure de mettre sur la même liste Corsica Libera, le PNC, Femu et Core In Fronte. Pour affronter Paul-Marie Bartoli, en place depuis une vingtaine d'années. 

Par Sébastien Bonifay

Après avoir tardé à dévoiler ses intentions, Paul-Marie Bartoli est donc bien en course pour un quatrième mandat à la tête de la commune de Propriano.
Le maire sortant, qui l'avait emporté en 2014 avec 75,5 % des voix, semble indéboulonable.
Mais cela n'a pas dissuadé une liste de se présenter face à lui. 

 
Propriano en 2020
 

Propriano réussit l'union des nationalistes

Une liste menée par Jean-Pierre Luciani
Le militant naitonaliste possède un avantage, dont il faudra attendre le 15 mars au soir pour savoir s'il s'est traduit dans les urnes :
Pruprià Altrimente est la seule liste qui réunit l'ensemble des composantes du mouvement nationaliste, dans une campagne où il se présente en ordre dispersé dans la plupart des communes.

Corsica Libera, le PNC, Femu, les trois alliés au sein de Pè a Corsica, mais également Core in Fronte.
"Je suis un homme de consensus, nous sommes des militants de la première heure, et cette union de tous les nationalistes est venue naturellement. Elle ne gêne personne, bien au contraire" explique la tête de liste. 

 
Retrouvez l'intégralité de l'entretien accordé par Jean-Pierre Luciani à Jean-Vitus Albertini
 

Un rapprochement avorté entre Bartoli et les natios ?

En début d'année, une rumeur, laissait entendre qu'une tentative de rapprochement avec les nationalistes avait eu lieu. Une tentative qui aurait tourné court. 
Ce que dément Jean-Pierre Luciani :
"On n'a pas refusé du tout, je suis le premier étonné. Je n'ai pas eu de contacts dans ce sens-là, on n'a même jamais eu connaissance de ce sujet." 

Mais le maire sortant de Propriano n'en démord pas, des discussions avaient été envisagées, et il rappelle qu'il n'en était pas l'initiateur. 
"Au mois de septembre dernier, j'ai rencontré un éminent leader nationaliste au niveau régional. Il m'a demandé si j'allais coopter telle ou telle personne, et j'ai répondu que j'étais près à une ouverture. Mais personne n'a donné suite, il y a eu un silence radio, et lorsque j'ai rappelé ce petit épisode en janvier dernier, ça a provoqué un tollé. Alors n'en parlons plus..."

 
Retrouvez l'intégralité de l'entretien accordé par Paul-Marie Bartoli à Jean-Vitus Albertini

   



 

Sur le même sujet

Les + Lus