Covid-19 : les centres de vaccination de Lupinu, à Bastia, et de Porticcio ouvrent aux 18 ans et plus

Les centres communaux de vaccination contre le Covid-19 de Lupinu, à Bastia, et de Porticcio, ont annoncé accepter les rendez-vous de toutes personnes à partir de 18 ans. Une

À compter de ce jeudi 29 avril, le centre communal de vaccination de Lupinu, à Bastia, accepte les rendez-vous des personnes âgées de 18 ans et plus.
À compter de ce jeudi 29 avril, le centre communal de vaccination de Lupinu, à Bastia, accepte les rendez-vous des personnes âgées de 18 ans et plus. © Pascal Guyot /AFP

Le centre communal de vaccination de Lupinu "acceptera les rendez-vous des personnes âgées de 18 ans et plus à compter de ce jeudi 29 avril", a annoncé la municipalité de Bastia dans un communiqué.

Une décision qui fait suite "à l'important nombre de doses de vaccins disponibles" et "à la forte demande de la population à l'approche du déconfinement et de la saison estivale." Le centre communal de vaccination délivre des doses de Pfizer et Moderna nécessitant deux injections. 

Les personnes considérées comme étant à risque ou présentant des comorbidités restent prioritaires dans l’attribution des rendez-vous de vaccination. Les créneaux peuvent être réservés en ligne via la plateforme Doctolib, ou par téléphone au 04 95 58 41 05.

Aussitôt après l'annonce de la ville de Bastia, la mairie de Grosseto-Prugna-Porticcio a indiqué que le centre de vaccination de Porticcio ouvrait également ses créneaux d'injections aux plus de 18 ans, sans restrictions, et quelle que soit leur commune de résidence. 

Là encore, les rendez-vous s'effectuent en ligne via la plateforme Doctolib, ou par téléphone au 06 70 02 04 97.

 

Selon le dernier bilan quotidien de l'agence régionale de santé de Corse daté du 29 avril, 14,9 % de la population insulaire est vaccinée, 30,5 % a déjà reçu une première dose.

"Il y a un enjeu de solidarité avec des départements qui n'ont pas pu vacciner toutes les personnes les plus âgées"

Invité sur RMC ce 30 avril matin, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a réagi à la décision des communes de Bastia et Porticcio d'ouvrir la vaccination à toutes personnes de plus de 18 ans. Pour ce dernier, s'il n'est pas question "d'envoyer la police" ni d'empêcher la mairie de vacciner, il appelle à une solidarité avec des départements "qui eux n'ont pas pu vacciner toutes les personnes les plus âgées". 

Les villes qui souhaitent - ou ont décidé, à l'instar de Bastia et Porticcio - d'élargir leur campagne vaccinale sont ainsi selon le porte-parole du gouvernement bien souvent "des départements où on a envoyé plus de doses que sur le reste de la France parce qu'il y avait une épidémie qui circulait plus. On se souvient des Alpes-Maritimes, il y avait une situation qui était très difficile, on leur a envoyé des doses en plus donc ils ont pu vacciner davantage de personnes, et maintenant ils disent on peut ouvrir davantage."

Il reste, à ce jour, 40% de plus de 60 ans sur le territoire national qui n'ont pas été vaccinés. "Il peut arriver que des personnes isolées soient chez elles. La responsabilité des municipalités, évidemment en lien avec l'Etat et les associations, c'est d'aller jusqu'au domicile de ces personnes."

Le porte-parole du gouvernement considère ainsi plus urgent "d'aller chercher ceux qui sont les plus éloignés" avant d'ouvrir plus largement la vaccination. "J'entends l'impatience. Mais c'est une question de semaines maintenant avant qu'on puisse ouvrir beaucoup plus largement."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société vaccins - covid-19