Disparu au large de l'île de Montecristo : "si le bateau a coulé, on pourrait ne jamais le retrouver"

Une semaine après la disparition de Philippe Bocket en mer à bord de son voilier entre Corse et Italie, les recherches ont été suspendues lundi. Sa fille, Constance, témoigne.
 

© photo DR
"Ce jour-là, le 15 septembre, je l’ai eu au téléphone, ensuite, il m’a envoyé des photos à 19h, en mer, tout allait bien. Selon les secours qui nous ont appelé le lendemain, c’est vers 21h qu’il a eu un problème".

Une semaine après la disparition de son père en mer, Constance ne sait toujours pas ce qui s’est passé.

Le peu que l’on sait, c’est que Philippe Bocket, 63 ans, naviguait entre la Corse et l'Italie depuis quelques jours avec son chien à bord de son voilier de 10 mètres, baptisé du prénom de sa fille.
Philippe Bocket a disparu a bord de son voilier le 15 septembre
Philippe Bocket a disparu a bord de son voilier le 15 septembre © DR
Ce mardi-là, Philippe Bocket quitte l’île d’Elbe pour descendre vers le sud. A 19h, donc tout va bien. A 21h, il lance un premier appel de détresse. Il y en aura deux.

"Le bateau prend l'eau !"

Dernier message radio de Philippe Bocket

Le message reçu par les services de secours est sans équivoque et témoigne de l'urgence : le bateau prend l'eau. Et depuis, silence radio.

D'après la localisation de son téléphone, suivie grâce à une application GPS par sa famille, Phillipe Bocket se trouve alors au large de l'île de Montecristo.

Celle-ci est située à mi-chemin entre la Corse et le continent italien, plus précisément à un peu plus de 60 kilomètres de l'île de Beauté à vol d'oiseau.

Un canot, un gilet de sauvetage, une pompe de cale...

Depuis, le centre de crise et de soutien du ministère de l’Europe et des affaires étrangères ainsi que l’ambassade de France à Rome se sont mobilisés pour retrouver Philippe Bocket, en étroite relation avec sa famille.

Les autorités italiennes ont diligenté d'importantes opérations de recherches afin de retrouver l'homme et son embarcation. En vain ou presque.

En mer, les secours ont retrouvé un canot et un gilet de sauvetage, une pompe de cale, un bout de toile. Et rien d’autre.

Un avis de recherche sur Twitter

Samedi, son fils, Louis a donné l'alerte sur les réseaux sociaux : plus de quatre jours après le début des recherches, il n'y a fatalement toujours aucune nouvelle de Philippe Bocket.

Mais ce SOS sur les réseaux sociaux ne fait pas plus avancer les investigations. Personne ne semble avoir croisé ou vu le navigateur solitaire et son chien.

Recherches suspendues

Ce lundi 21 septembre, la famille a appris de l’ambassade de France à Rome que les recherches étaient à présent suspendues.

"On ne sait pas si c’est définitif… Il y a eu des recherches en mer, sur terre, des survols en hélicoptère", souffle Constance. On nous a dit que les fonds marins étaient très profonds autour de l’île de Montecristo et que si le bateau a coulé, on pourrait ne jamais le retrouver".

Philippe Bocket a-t-il tenté de rejoindre la côte à la nage ?

C’est une hypothèse. Mais l’île de Montecristo est une réserve naturelle, sauvage et inhabitée, au relief très escarpé, voire hostile.

Un refuge potentiel, certes, mais plutôt inaccessible, surtout de nuit. Surtout une nuit sans lune, comme celle du 15 septembre. Même avec une météo clémente. 

Une déclaration de disparition inquiétante en France

La famille n’a pas encore décidé si elle allait se rendre sur place. "Nous avons fait une déclaration de disparition inquiétante en France, mais on ne sait pas encore quelles autorités vont s’en saisir".

Philippe Bocket avait découvert la navigation il y a trois ans.

Ce père de famille n'était pas ce qu'on appelle un marin aguerri, mais il effectuait très régulièrement de longues traversées en Méditerranée à bord de son voilier, à l'instar de celle qu'il avait entamé en cette mi-septembre.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers transports maritimes transports