Fin de la gratuité des tests de dépistage du covid-19 : les modalités en cours de négociation

Annoncée pour le 15 octobre, la fin de la gratuité des tests pour les adultes non vaccinés, sans prescription médicale, n'est pas encore inscrite dans la loi relative à la gestion de sortie de la crise sanitaire. Les modalités précises, notamment les prix des tests sont en cours de négociation.

Le Président de la République l'avait évoqué dans son alocution du 12 juillet, « afin d’encourager la vaccination plutôt que la multiplication des tests ». Le porte-parole du gouvernement l'a annoncé à l'issue du Conseil des Ministres du 11 août : le remboursement des tests de dépistage du Covid-19 ne sera plus systématique à partir du 15 octobre. Toutefois le texte de loi n'est pas encore paru, et les modalités précises sont encore en cours de négociation entre le ministère de la Santé, la Caisse Primaire d'Assurance Maladie et les syndicats de pharmaciens notamment.


Payant pour qui ?

En principe, les personnes majeures, non vaccinées et sans prescription médicale devront payer pour effectuer un test de dépistage Covid-19, PCR ou antigénique.

Les tests effectués dans le cadre d'un dépistage organisé par l'agence régionale de santé (ARS) en cas de cluster devraient demeurer gratuits.

Reste à résoudre le problème des cas contacts : la procédure prévoit qu'ils soient testés le plus rapidement possible, mais bien souvent ils ne reçoivent la convocation au test que 48 heures après avoir été identifiés et prévenus. C'est une des modalités qui est en cours de négociation.

A quel prix ?

Les tarifs annoncés ce jeudi 7 octobre par franceinfo et repris par l'ensemble de la presse ( 44€ pour un test PCR, 22€ pour un test antigénique en laboratoire et 25€ en pharmacie) ne sont pas officiels, ils font encore l'objet de négociations au ministère de la Santé.

"Pour le moment les prix ne sont pas fixés, indique Sandrine Léandri, représentante ajacienne de l'union syndicale des pharmacie d'officines partie prenante des négociations. On ne sait pas encore si les prix seront libres ou encadrés."

"Pour l'instant on ne sait pas. Nous aussi on attend des réponses de l'ARS. On attend ce fameux mail qui nous fixera un prix ou une fourchette de prix à pratiquer" confirme la représentante du syndicat des pharmaciens de Corse.

De son côté, le site de l'assurance maladie ne mentionne jusque là que les tarifs auxquels sont soumises les personnes qui ne sont pas assurées sociales en France : "pour un test RT-PCR avec un prélèvement nasopharyngé réalisé en laboratoire : 43,89 euros".

Et pour ces mêmes personnes, les tests antigéniques effectués en pharmacie sont actuellement facturés 25€.

 

Une atteinte aux libertés fondamentales ?

Dans son avis du 19 juillet sur le projet de loi relatif à la gestion de la crise sanitaire, concernant notamment l'obligation vaccinale des professionnels de santé,  le Conseil d’Etat "appelle l’attention du Gouvernement sur la circonstance que l’appréciation ainsi portée sur le caractère proportionné de l’atteinte aux libertés fondamentales résultant de l’application du dispositif devrait nécessairement être réévaluée, soit en cas d’amélioration des perspectives sanitaires concernant les hospitalisations et admissions en soins critiques, soit s’il était décidé de rendre payants les tests de dépistage ou encore de limiter leur durée de validité. "

Le parcours législatif des tests payants n'est donc pas achevé ...

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société