L'Etat lance une opération pour récupérer les vieilles armes à feu

Publié le Mis à jour le
Écrit par Axelle Bouschon .

En Corse plus qu'ailleurs, les détenteurs d'armes à feu font légion. Du 25 novembre au 2 décembre, le ministère de l'Intérieur propose une opération visant à faciliter l’abandon ou la régularisation des armes détenues illégalement, sans risque de poursuites judiciaires.

La Corse, championne des armes à feu. En vingt ans, le nombre d'armes enregistrées a presque triplé, passant de plus de 42.000 à près de 120.000.

Avec 341 armes déclarées pour 1.000 habitants, l'île se place ainsi en tête des régions de France les plus armées - rapporté à la population -, pour des ratios comparables à ceux d'états américains, comme le Texas.

Mais en parallèle de ces armes de poing ou fusil recensés, reste une part non-négligeable d'armes non-déclarées, ou détenues par des personnes qui n'en ont pas l'autorisation. Un problème auquel le ministère de l'Intérieur et des Outre-mer a décidé de s'atteler, en organisant, du 25 novembre au 2 décembre, une "opération d'abandon simplifié d'armes à l'Etat".

Aucun risque de poursuite judiciaire ou administrative

L'objectif, "permettre aux personnes mises en possession d'armes sans être autorisées à la détenir (le plus souvent par héritage) de les abandonner ou de les déclarer", sans risque de poursuites judiciaire ou administrative sur le fondement du transport ou de la détention sans autorisation d’armes.

Une opération étendue à l'ensemble des départements pour faciliter cette restitution.

Ainsi, en Haute-Corse, 4 sites seront mis en place pour la semaine, de 9h à 17h, indique la préfecture : 

  • à Bastia : Commissariat de Bastia, 10 bis rue du Commandant Luce de Casabianca
  • à Calvi : Brigade de gendarmerie, route de Porto
  • à Corte : Brigade de gendarmerie, caserne Porette
  • à Ghisonaccia : Brigade de gendarmerie, 705 route de Ghisoni

En Corse-du-Sud, 4 sites seront également ouverts aux mêmes horaires :

  • à Ajaccio : Commissariat de police d’Ajaccio, rue Général Fiorella
  • à Péri : Brigade de gendarmerie de Péri, Facciata Rossa
  • à Propriano : Brigade de gendarmerie de Propriano, 17 rue Charles Tomasini
  • à Porto-Vecchio : Brigade de gendarmerie de Porto-Vecchio, Caserne Graziani, rue du Général Colonna d’Istria

Aucune formalité administrative ne sera nécessaire pour procéder au dessaisissement, précisent les services préfectoraux, qui invitent les personnes concernées à se présenter directement aux policiers et gendarmes sur les sites dédiés avec les armes qu'elles souhaitent abandonner.

Outre les armes à feu, l'enlèvement d'objets dangereux, à savoir des munitions de guerre, des explosifs ou des munitions de calibre égal ou supérieur à 20 mm), est également possible. Pour la Haute-Corse, en contactant le 04 95 34 50 15 (numéro dédié ouvert du 25 novembre au 02 décembre uniquement), pour la Corse-du-Sud le 04.95.11.11.06, pour organiser un enlèvement sécurisé.

Une régularisation facilitée

Vous avez trouvé ou hérité d'une arme et souhaitez la conserver ? Dès le 25 novembre, vous pourrez régulariser la situation administrative via le Système d'information sur les armes (SIA). Les personnes qui ne seraient pas déjà enregistrées sur la plateforme et nécessiteraient une aide pour le faire pourront bénéficier de l'appui d'agents présents sur les sites précédemment mentionnés, poursuivent les services préfectoraux. 

En France, selon le ministère de l'Intérieur, on estime entre 5 à 6 millions de détenteurs d’armes dans l’illégalité, contre 5 millions de détenteurs déclarés.

Plus d'informations directement sur les sites internet des préfectures : de Haute-Corse, de Corse-du-Sud.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité