Aménagement et développement durable : Bastia veut réserver 200 hectares de terrains à la nature et à l'agriculture

Publié le

Le projet d'aménagement et de développement durable de Bastia a été présenté, mardi 6 juillet, au Conseil municipal. La municipalité compte notamment réduire les zones constructibles, les faisant passer de 900 à 700 hectares, et réserver la différence aux espaces verts et à l'agriculture.

Une ville plus attractive, dynamique et solidaire. C'est le but du projet d'aménagement et de développement durable (Padd) de Bastia. Celui-ci a été présenté mardi 6 juillet en Conseil municipal.

Le document est la première étape avant l'adoption d'un nouveau plan local d'urbanisme (PLU). "Le Padd est là pour montrer notre engagement, presque une philosophie, et les objectifs à atteindre. Ce sont des mesures globales et je pense que ce document traduit exactement la démarche que nous avons entamée au cours de ces six dernières années et que nous allons continuer à mener pendant les 10 années qui viennent et au-delà", explique Pierre Savelli, maire de Bastia.

Parmi les axes évoqués, une large part est dédiée à l'urbanisme. Ainsi, la municipalité compte réduire la surface des zones constructibles. Celle-ci passera de 900 à 700 hectares afin de laisser plus de place à la nature et à l'agriculture. À ce jour, seuls deux hectares du territoire bastiais sont réservés à l'agriculture.

La municipalité veut y remédier en classant, notamment, 180 hectares en espaces stratégiques agricoles (ESA), et en affectant une très large partie, 150 hectares, aux pratiques pastorales à travers la constitution d'associations foncières agricoles. Parallèlement, plusieurs parcs urbains seront créés.

Priorité aux primo-accédants

Dans le même temps, la croissance démographique bastiaise est établie à 0.8 % par an. Afin de proposer une offre de logements en adéquation avec le dynamisme observé, la municipalité a pour objectif de "permettre la réalisation de 350 logements par an à l'horizon 2030."

Entre 20 et 30 % de ces nouvelles habitations seront "destinés et réservés aux primo-accédants et aux ménages modestes". Ils seront par conséquent proposés à un prix inférieur de 20 à 30 % à celui du marché.

Des chiffres considérés comme insuffisants par Julien Morganti, du groupe "un futur pour Bastia". "On n'a pas de perspectives. On ne sait pas où on va construire des logements, on ne sait pas s'il y a un accroissement de population et le peu de données dont on dispose, on ne voit pas la vision en termes de réseaux, de circulation, de transports. C'est ce qui manque et qui est regrettable au bout de huit ans."

Limiter la superficie des grandes surfaces

La municipalité espère aussi développer l'activité économique en favorisant le commerce de proximité en centre-ville qui doit "se substituer aux galeries marchandes et aux centres commerciaux d'envergure".

Elle a notamment pour objectif de "limiter la superficie des commerces de type grande surface commerciale pour bannir ce modèle économique qui est à l'opposé de [sa] vision stratégique". Par conséquent, la municipalité compte maintenir et encourager l'installation des jeunes dans l'hyper-centre tout en réhabilitant ses immeubles et ses espaces publics.