Bastia lance un large chantier pour mieux protéger son littoral

Renforcer les digues qui longent, sur deux kilomètres, la ville de Bastia. C'est le but des travaux qui ont débuté, hier, sur le Quai des Martyrs, et qui se prolongeront à jusqu'à l'Arinella. Un chantier de près de deux ans, pour mieux protéger la ville des violentes intempéries.

Le Quai des Martyrs s'offre un coup de neuf. Ce ne sont ni les terrasses des restaurateurs, ni la promenade qui relie la place Saint-Nicolas au Vieux port, qui sont concernées, mais la digue qui la longe. 400 mètres d'enrochements, censés former une carapace afin de protéger la ville des intempéries.

Une digue qui s'est parfois révélée inefficace par le passé. Le Quai des Martyrs s'est retrouvé à plusieurs reprises submergé par des flots déchaînés, comme on le voit sur cette vidéo postée en 2018 sur notre page facebook par un internaute, au moment de la tempête Adrian. 

Dans ces cas-là, heureusement encore exceptionnels, les dégâts sont spectaculaires. Et les conséquences, lourdes, pour les riverains et les restaurateurs du Quai des Martyrs. Alors la Collectivité de Corse a décidé de renforcer la digue, en l'élargissant de deux mètres, et en lui donnant, sut toute sa surface, la même hauteur, à l'aide de centaines de blocs de calcaire dolomitique de 2 à 4 tonnes, venus de Toscane. 

"En 2008, la tempête avait sérieusement endommagé les ouvrages, et mis en évidence les problématiques de franchissement. C'est pour cela qu'on fait ces travaux aujourd'hui. L'objectif est clair, c'est limiter les franchissements de 90%", nous explique Xavier Benetti, ingénieur à la CdC. 

Roche de Toscane

Le chantier a débuté hier, mercredi 27 octobre. La barge venue d'Italie a d'ores et déjà acheminé 2.5000 tonnes de roche, et l'engin de chantier, dans un fracas de métal et de pierre, a commencé à modifier la digue. Même si les travaux sont une bonne nouvelle pour les riverains et les restaurateurs, il va falloir composer, durant trois mois, avec des nuisances sonores constantes. Ou presque. La CdC s'est assurée que les travaux cesseraient entre 12h et 14h, et durant les week-ends, pour offrir un peu de répit au voisinage. 

24 millions d'euros

Le deuxième chantier planifié par la Collectivité pour renforcer le littoral bastiais est quant à lui prévu pour le mois de mars prochain. Et le bruit du chantier, noyé par le flot des voitures, sera moins problématique. C'est la route du front de mer, jusqu'à l'Arinella, qui est concernée. Ici, c'est plus un "gros entretien" de la digue qui sera effectué, même si un élargissement de cette dernière est envisagé, à la hauteur du carrefour de la caserne des pompiers. 

Enfin, le plus gros chantier, long de près d'un an, est celui du Vieux port. Il s'agira de remplacer les tetrapodes qui protègent le môle génois et la jetée du dragon, avec 1.600 nouveaux acropodes en béton. "Ce sont des travaux de grande ampleur, on va repartir sur des ouvrages carrément neufs, on va tout démonter et reconstituer des carapaces nouvelles", précise Xavier Benetti. 

La facture, pour les trois chantiers, s'élève à 24 millions d'euros. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
littoral aménagement du territoire environnement