Rentrée scolaire en Corse : la note est douloureuse

Publié le Mis à jour le

Les conséquences de l'inflation galopante des derniers mois se font sentir dans les caddies des familles insulaires, en cette rentrée scolaire, comme dans tout le reste du pays. La facture affiche une hausse de plus de 4 %.

"Tout est plus cher. Ce stylo 4 couleurs, il faisait moins de 2 euros, l'année dernière. Et cette année il est au-dessus. C'est pareil pour tout. Les feuilles Canson, les cahiers de texte, le Blanco..." Séverine balaie de la main le fond de son caddie, parsemé de fournitures scolaires, choisies avec soin par sa fille, Audrey. "J'essaie de la diriger sur des produits moins chers que ceux qu'elle veut, mais c'est pas facile. Elle veut des trucs colorés, et plus c'est coloré, plus c'est cher !" Dans les allées de cet hypermarché de la région bastiaise, ils sont nombreux comme elle, à passer en revue la liste des fournitures demandée par les enseignants. Et à sortir la calculatrice. 

10 euros de plus pour un élève de sixième

Sans surprise, la rentrée scolaire n'échappe pas à l'inflation qui compresse le portefeuille des Françaises et des Français depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine, et l'explosion du coût des matières premières. Parmi elles, la pâte à papier, qui a bondi de 70 %...



Selon le rapport annuel de l'association des familles de France, le coût de cette rentrée 2022 se chiffre à 208,12 euros, contre 199,64 euros en septembre 2021. Soit une hausse de 4,25 %. 

Une hausse de dix euros en moyenne, qui pourrait sembler anodine pour certains, mais pas pour Hervé, jeune trentenaire papa de jumeaux qui rentrent en CE1. "D'abord, faut multiplier par le nombre d'enfants, et puis y a pas que les crayons ! Faut acheter les tenues de sport, de nouvelles chaussures, de nouveaux manteaux... Un gosse ça grandit, on leur met pas les mêmes tenues d'une année sur l'autre". Hervé, qui travaille dans la fonction publique, a fait en sorte de préparer la rentrée, pour amortir un peu le choc. "Cet été ,on n'est pas partis en vacances. On est en Corse, alors c'est moins grave que ceux qui vivent à Trappes, ou un truc du genre. Ok. Mais ça fait du bien de changer d'air. On nous a tellement répété que la rentrée serait difficile, qu'on a préféré économiser"

"D'autant que si on nous coupe l'électricité, faudra le budget bougies, en plus", sourit une mère de famille qui se dirige vers les cartables. "On a attendu au maximum, en espérant qu'ils soient en solde, après le jour de la rentrée ! Comme le foie gras après le 31 !"

Troc

Certains parents l'avouent, ils ont fait les fonds de tiroir, pour recycler tout ce qui restait de l'année scolaire précédente. Les crayons HB, HB2 ou 2B des cours de dessin qu'il suffit de retailler un chouia et qui feront illusion, quelques étiquettes à coller sur les cahiers... D'autres ont même carrément créé une sorte de troc, de bourse aux livres 2.0. "Avec mes copines, on a créé un groupe Whatsapp où poste des photos de tout ce qui nous reste dans les placards, et qui n'est pas sur les listes de cette année. Et on voit si ça trouve preneuse". 

En bref, même si la note de ce mois de septembre va plus ou moins être douloureuse selon les moyens des familles, nul ne sera épargné. Néanmoins, la hausse de 4,25 % du panier scolaire a été maintenue bien en deçà de celle de l'inflation sur les produits alimentaires, qui était de 7 % fin juillet.  Mais Séverine, la maman d'Audrey, hausse un sourcil dubitatif à l'énoncé de ces chiffres. "Ils sont gentils, avec leurs statistiques, mais ça ne veut rien dire. Ca vaut pour le continent. Nous, on est en Corse. Et j'ai hâte de connaître l'étendue des dégâts sur l'île, avec les transports, et des prix qui sont déjà habituellement plus élevés qu'ailleurs..."

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité