Biguglia : une coupe de cheveux gratuite pour des femmes précaires

© Grégoire Alcalay/FTVIASTELLA
© Grégoire Alcalay/FTVIASTELLA

Une initiative solidaire, d'une coiffeuse de Biguglia. Ce lundi, et pour la seconde année, elle proposait ses services gratuitement, juste avant les fêtes. Pour ses clientes habituées à compter chaque euro, c'est un moment privilégié, loin des considérations du quotidien.

Par France 3 Corse ViaStella

Exceptionnellement, Emilie Chrétien a ouvert son salon ce lundi. Et c'est pour la bonne cause. Aujourd'hui tous ses rendez-vous sont des femmes en situation précaire.

La coiffeuse leur offre une coupe gratuite, comme à Thérèse, qui vient de perdre son emploi. « C’est une occasion en or d’être belle pour les fêtes, que mes enfants me voient bien, qu’ils soient fiers de moi. Qu’ils voient que malgré les difficultés de la vie, leur maman est belle et souriante et avenante », explique Thérèse Callea, bénéficiaire. 


« On a envie de donner aux autres de faire plaisir, de partager un peu son savoir-faire. Et surtout de rendre du bonheur aux gens, que tout le monde se trouve beau et bien coiffé pour aller voir toute la famille », ajoute Émilie Chrétien.


 

Biguglia : une coupe de cheveux gratuite pour des femmes précaires
Intervenants : Thérèse Callea, bénéficiaire ; Emilie Chrétien Angel's Coiffure ; Paulette Barbier, bénéficiaire ; Rosy Sarrola Femmes Solidaires - Corse. Reportage : ALCALAY Grégoire ; BATTESTI Flora ; GAVAT Domitille


Difficiles à convaincre


La coupe de cheveux est simple mais elle fait le bonheur de ces dames. « J’ai changé de tête carrément. C’est super bien, super agréable, elles sont vraiment gentilles », livre une autre bénéficiaire.


© Grégoire Alcalay/FTVIASTELLA
© Grégoire Alcalay/FTVIASTELLA

Les clientes du jour et le salon de coiffure, c'est l'association Femmes Solidaires qui les a rapprochés. Il n'a pas été toujours facile de les convaincre.  « La dignité de chacune est là. Quelques-unes s’engagent beaucoup plus difficilement que d’autres, mais elles n’ont rien à se reprocher. Je veux dire qu’elles ne sont pas responsables de leur situation et donc ce moment de bonheur il faut en profiter. Il faut le partager, d’autant qu’il est vraiment très bien étudié », indique Rosy Sarrola membre de l'association Femmes Solidaires - Corse. 

En plus d'une nouvelle coupe, les invitées sont reparties avec des chocolats ou encore un bon d'achat d'un supermarché voisin.


Sur le même sujet

Les + Lus