Corte : une première sortie étudiante qui tourne mal

Aux environs d'1 heure du matin, samedi 6 septembre, 4 personnes sont prises à partie devant un bar de la cité paoline. L'une des victimes, âgée de 17 ans, perd connaissance et est transportée à l'hôpital. Le jeune homme a porté plainte et le parquet de Bastia a ouvert une enquête de flagrance. 
Corte
Corte © Flickr, Jean-Pierre Augier
10 jours d'ITT... Un bilan lourd, à la suite d'une soirée qu'ils espéraient inoubliable, mais d'une autre manière...

Eric* et ses amis font leur entrée dans le monde étudiant. Et hier soir, ils comptaient bien fêter ça comme il se doit.    



Une nuit à oublier

La vie étudiante, ce n'est pas que les amphis et la bibliothèque universitaire. C'est aussi les samedis soir, la musique, les bars et les amis...

Alors Eric, pour son premier week-end à Corte, samedi 6 septembre, sillonne la ville, à la découverte des établissements du cours, qui débordent d'étudiants. Avec ses camarades, il longe une terrasse, lorsque, selon les premières informations recueillies sur place, un ou des individus se jettent sur eux. 
"Sans aucun motif", selon les victimes. 

Eric perd connaissance, et se réveille, bien amoché, le nez cassé, parmi d'autres lésions, au centre hospitalier de Corte.  De quoi occasionner 10 jours d'ITT.
© Sebastien JARRY - MaxPPP



10 jours d'ITT

Le jeune homme, pas encore majeur, a été accompagné à la gendarmerie pour déposer plainte. Soutenu par Leo Battesti, le président de la ligue Corse d'Echecs, dont le garçon est l'un des éléments les plus talentueux.  

"Ces histoires-là, ça ne peut plus durer. On se croirait dans Orange Mécanique... Cette histoire m'a brisé le coeur, vraiment. Une soirée de fête qui se termine comme ça !" a confié celui qui est également à la tête du collectif "Maffia Nò ! A vita iè". Les 3 autres victimes n'ont pas souhaité porter plainte.



Le parquet ouvre une enquête

Joint par nos soins, le parquet de Bastia a indiqué qu'il avait ouvert une enquête de flagrance, confiée à la gendarmerie de Corte. 

*La victime étant mineure, nous avons préféré changer son prénom
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers