Législatives 2022 : retrouvez les premières réactions des candidats dans la 2e circonscription de Haute-Corse

Plus sur le thème :

Dans cette circonscription, une surprise, le score de François-Xavier Ceccoli. Le candidat de droite talonne le député nationaliste sortant, Jean-Félix Acquaviva. Avec plus de 17 %, Lionel Mortini tient une bonne partie du résultat de dimanche prochain entre ses mains.

François-Xavier Ceccoli (29,06 %) va-t-il redonner quelques couleurs à la droite en Haute-Corse ? Le président de la fédération de Haute-Corse des Républicains, qui s'est présenté sans demander l'investiture de son parti, talonne le candidat sortant et favori du scrutin, Jean-Félix Acquaviva. 

Homme à abattre

Jean-Félix Acquaviva, donné deuxième par les premières estimations de notre partenaire Ipsos/Sopra Steria, fini finalement premier, avec 33,46 % des voix:

"Je crois pouvoir dire que dans cette élection j'étais l'homme à abattre, mais malgré des propos très acerbes, et l'union de forces qui n'avaient rien en commun, une sorte de "tout sauf Acquaviva", on arrive avec 4 points d’avance. Evidemment c’est une satisfaction. Ça veut dire que nous sommes solides, ça veut dire que le projet que nous portons a été compris dans ce premier tour. Il est évident qu’il y a une abstention très forte. Il va falloir parler à des gens qui ne se sont pas déplacés au premier tour. L’objectif numéro 1 c’est de rassembler les corses qui ne se sont pas rendus aux urnes et qui peut-être pensaient que les jeux étaient faits d’avance ou que l’élection n’était pas importante.
Il va falloir montrer que le peuple corse ce ne sont pas que les nationalistes mais aussi les autres qui ne veulent pas voir la Corse est proie à la spéculation foncière et immobilière, qui veulent une Corse autonome, inscrite dans la Méditerranée, qui défend sa culture et ses racines".

Le troisième homme est le nationaliste Lionel Mortini, qui n'a pas retenu ses coups, durant la campagne, contre son ancien allié. Une situation qui n'a pas échappé à François-Xavier Ceccoli ne cache pas sa satisfaction : "on nous a enterré un peu vite, peut-être. La droite, aujourd'hui, n'est plus la droite d'antan, une droite ultra-libérale, mais une droite près des préoccupations de la population"

Son score aiguise ses ambitions. Et il faut penser à tendre la main aux candidats éliminés, et à leurs électeurs. Particulièrement ceux qui ont réalisé un gros score, même s'ils ne sont pas franchement de la même famille politique : "il n'est pas question de rassemblement pour le second tour, mais je reconnais à Lionel Mortini un courage politique rare. Il a su dire des vérités sur son camp, il a été franc et honnête, et je suis sûr qu'il continuera sur cette voie". 

Rabibochage ?

Lionel Mortini risque fort de jouer un rôle de poids dans ce second tour. Quand on lui demande ce qu'il va faire de ses 17,99 %, il se garde bien de donner une réponse claire : "je ne fais rien de mes 5.000 voix, qui ne m'appartiennent pas". Mais il laisse traîner un indice : "elles appartiennent aux nationalistes et aux gens de gauche qui ont voté pour moi"

Le maire de Belgodère affirme qu'il se déterminera durant les prochains jours, "en conscience"

Jean-Félix Acquaviva, de son côté, ne veut rien exclure, malgré les tensions : "notre éthique c’est d’être clairs : autonomie, démocratie, défense de l’identité et de la culture. On va s’ouvrir à tous ceux qui veulent discuter avec nous, il y a aucun problème là-dessus. Il n’y a jamais eu de problème avant le premier tour, il n’y en aura pas après, parce que ce qui compte, c’est l’intérêt général de la Corse et de son peuple. Il est évident qu’on va se concerter avec la majorité territoriale, avec le président de l’exécutif. On ne ferme aucune porte, par principe, par nature et encore moins à d’autres nationalistes. Nous avons une bataille à mener, c’est projet contre projet et c’est cela qui commence aujourd’hui" .

On imagine que, dès ce soir, les discussions, dans le camp nationaliste, entre les alliés d'hier, risquent fort d'être âpres. 

Mais les 11,47 % de Jean Cardi pourraient aussi peser dans la balance. Le RN a réussi, ici comme dans le reste de l'île, une très belle élection. Mais Jean Cardi n'en dit pas plus sur d'éventuelles consignes de vote. "Je ressens beaucoup de joie, devant ce score plus qu'honorable. Le RN ne sera plus, à partir de ce soir, un parti de contestation, mais un parti d'adhésion"

RESULTATS :

Jean-Felix Acquaviva (Femu a Corsica) : 33,46 %

François-Xavier Ceccoli (DVD) : 29,06 %

Lionel Mortini (nationaliste) : 17,99 %

Jean Cardi (RN) : 11,47 %

Amélie Raffaelli-Franceschi (PCF) : 5,89 %

Marie Dominique Salducci (Debout la France !) : 1,23 %

Viviane Rongione (LO) : 0,67 %

Baronne Marie-Louise Mariani (SE) : 0, 24 %

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Corse ViaStella
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité