Cet article date de plus de 3 ans

Tallone : mobilisation contre l’ouverture d’un nouveau site d'enfouissement

Riverains, agriculteurs, élus… Les membres de l'Associu per l'Arena se sont mobilisés lundi matin pour protester contre l’ouverture d’un nouveau site d’enfouissement des déchets à Tallone.
04/09/17 - A Tallone (Haute-Corse), mobilisation contre l’ouverture d’un nouveau site d'enfouissement de l’association Salvemu l'Arena
04/09/17 - A Tallone (Haute-Corse), mobilisation contre l’ouverture d’un nouveau site d'enfouissement de l’association Salvemu l'Arena © E.ARRAUDEAU / FTVIASTELLA
"Tallone, seul endroit d'Europe où on arrache des vignes pour les transformer en poubelle". Ce slogan, c'est celui de l'Associu per l'Arena.

Depuis lundi matin, ces membres occupent la parcelle qui devrait accueillir un nouveau casier d'enfouissement des déchets, juste à côté de l'ancien centre d’enfouissement de Tallone, désormais saturé et fermé.

Agriculteurs et riverains refusent de voir ces vingt hectares de terre agricole encore exploités l'an dernier, devenir la décharge de la Corse.

"Ce que nous envisageons c’est qu’il y est une prise de conscience maximale des villes, de Bastia, d’Ajaccio, de Porto-Vecchio pour gérer eux-mêmes leurs déchets", a expliqué Jean-Francois Renucci, porte-parole Salvemu l'Arena.

"Il faut qu’il y est une prise de conscience que le monde rural n’est pas la poubelle des villes et que aussi bien elles gèrent leurs touristes, eles doivent gérer leurs déchets."

durée de la vidéo: 01 min 39
Tallone : mobilisation contre l’ouverture d’un nouveau site d'enfouissement ©France 3 Corse ViaStella

Un nouveau permis de polluer


Le 8 août, la préfecture de Haute-Corse a donné l’autorisation à la société Staneco d'exploiter une "installation de stockage de produits non dangereux" à compter du mois d'octobre. Cet arrêté qui signe l'ouverture de Tallone 3 a été, dès la fin août, dénoncé par le maire de Tallone.

La Collectivité territoriale de Corse a également avalisé ce projet du tout enfouissement, en précisant qu'il devait toutefois rester une solution transitoire et fermer au bout de trois ans.

Malgré les progrès enregistrés en matière de tri, il restera selon le Syvadec, l’organisme en charge du traitement des déchets en Corse, un reliquat de 20.000 tonnes à stocker d’ici fin 2017, et 50.000 tonnes les deux années suivantes.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement société