Municipales de Bastia : Jean Zuccarelli à son tour dans l'arène

Entrée en campagne pour Jean Zuccarelli, qui a présenté sa liste Choisir Bastia - A Scelta di Bastia. Une liste qui compte des radicaux de gauche et les communistes. Il veut rallier à lui "les déçus" de la mandature nationaliste. 
Jean Zuccarelli présentait son projet, le 15 décembre dernier, entourés de figures du parti communiste bastiais, Toussainte Devoti et Francis Riolacci
Jean Zuccarelli présentait son projet, le 15 décembre dernier, entourés de figures du parti communiste bastiais, Toussainte Devoti et Francis Riolacci © Viastella
A Scelta di Bastia
On ne s'y attendait pas forcément, mais la liste menée par Jean Zuccarelli entend bien être conforme à l'époque.
Et elle a adopté, elle aussi, un nom corse. 
 
Les temps, décidément, changent. 
Mais pas totalement. 

L'adversaire, lui, reste le même.
Les nationalistes, qui, durant six ans, ont présidé aux destinées de Bastia. 

 
Jean Zuccarelli mènera l'une des trois listes de gauche aux prochaines municipales
Jean Zuccarelli mènera l'une des trois listes de gauche aux prochaines municipales © DR


Jean Zuccarelli, cette fois-ci, est bien décidé à ne pas rater le coche. 
Et à ramener la mairie dans le giron zuccarelliste. 
En mars 2014, au second tour, il avait échoué face à Gilles Simeoni (55,4 % contre 44,59 %)

Mais pour lui, aujourd'hui, il est temps de faire le bilan de la mandature sortante. Et d'en tirer profit :
"Nous adressions à tous les bastiais, à ceux qui avaient voté pour nous, et ils sont nombreux, mais également aux déçus, qui ne sont peut-être pas aussi nombreux, mais qui ont pu juger de la fin de cette mandature, et comparer les capacités à agir des uns et des autres". 

Une mandature "néfaste pour Bastia"

Jean Zuccarelli dénonce le "déclassement de la ville", que la mairie actuelle n'aurait pas su défendre à la suite de la disparition du conseil départemental. 
Mais il affirme aussi que les impôts locaux ont augmenté, que trop d'embauches ont été réalisées, plombant les comptes de la ville.

Selon lui, les chantiers dont s'enorgueillissent Pierre Savelli et les siens ne sont pour la plupart que des projets menés sous les mandatures d'Emile Zuccarelli, "mal repris et rebaptisés". 
Sans oublier, évidemment, le projet de port de la Carbonite, fil rouge de la vie politique bastiaise depuis près de vingt ans,qui est au point mort, alors que c'est "un dossier vital" pour Bastia. 
 
Toussainte Devoti, élue communiste, était deuxième sur la liste A Scelta di Bastia. Elle s'est retiré du jeu, comme les autres représentants de son courant.
Toussainte Devoti, élue communiste, était deuxième sur la liste A Scelta di Bastia. Elle s'est retiré du jeu, comme les autres représentants de son courant. © Viastella
 

Asseoir sa légitimité...

Jean Zuccarelli, entouré de Toussainte Devoti, deuxième sur la liste, et de nombre de  co-listiers, ne se prive pas de souligner que "le maire actuel est sous tutelle de la Collectivité de Corse. On se dit que Gilles Simeoni reviendra faire campagne à Bastia pour tenter de sauver le soldat Savelli". 

Des propos tenus sous le regard d'Emile Zuccarelli, père de Jean, et maire de Bastia de 1989 à 2014, qui prendra soin d'être sur la photo de groupe...

On se dit alors que dans cette campagne, des soldats à sauver, il n'y en a apparemment pas qu'un...
 
Liste de Jean Zuccarelli




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections