Le torchon brûle au PRG de Haute-Corse

ARCHIVES - Jean Zuccarelli, élu du Parti radical de gauche et leader de l'opposition bastiaise, l'un des signataires du communiqué contestant l'élection d'Anthony Alessandrini à la tête du parti samedi 11 juin. / © France 3 Corse ViaStella
ARCHIVES - Jean Zuccarelli, élu du Parti radical de gauche et leader de l'opposition bastiaise, l'un des signataires du communiqué contestant l'élection d'Anthony Alessandrini à la tête du parti samedi 11 juin. / © France 3 Corse ViaStella

Au lendemain de l’élection d’Anthony Alessandrini à la présidence de la fédération PRG de la Haute-Corse, dix-sept membres du mouvement absents samedi, dénoncent une "vraie fausse assemblée générale", "illégale" et dont les "décisions [sont] totalement nulles et non avenues". 

Par France 3 Corse ViaStella

Les signataires (voir plus bas) de ce communiqué rappellent qu'"en raison des multiples dysfonctionnements, litiges et contestations récurrents au sein de la Fédération de Haute-Corse", il a été décidé de saisir une commission de conciliation en mai dernier.

"Aucune assemblée générale de la fédération de la Haute-Corse ne peut ni ne pourra se tenir tant que le rapport de la commission de conciliation n’aura pas été rendu et que le Bureau National n’aura pas tranché la situation".

Cette décision a été rappelée à plusieurs reprises, notamment par écrit à Alexandre Alessandrini comme à Anthony Alessandrini", précise le communiqué. 

"Pour autant, ils se sont obstinés, en toute illégitimité, à convoquer une pseudo assemblée générale de la fédération qui n’a, au final, réuni ce Samedi 11 Juin 2016, que moins de cinquante personnes sur plus de 500 militants recensés.

Cette « vraie fausse assemblée générale » de ce Samedi 11 Juin est donc illégale et ses décisions totalement nulles et non avenues".

Son organisation rocambolesque témoigne de la fébrilité de ses organisateurs et d’un grand mépris des instances du parti et de ses militants.


Nous avons, évidemment, aussitôt, saisi les instances nationales démocratiques et statutaires, elles, du PRG afin que les conséquences de ce comportement soient tirées sans délai.

Parmi les signataires figure Jean Zuccarelli, élu du Parti radical de gauche et leader de l'opposition bastiaise. Tête de liste PRG aux élections territoriales de 2015, Jean Zuccarelli a réuni 3,15% des suffrages d'une gauche partie divisée.

Signé par : Juliette Dominici, Félix Acquatella, Christine Anziani, Muriel Bourdiec, Marie-Pierre Coppi, Antoine Guidicelli, François Guidicelli, Danielle Messaoud, Tony Novella, Jean-François Paoli, Anne-Marie Piacentini, Renée Pianelli-Novella, Jean-Darius Saliceti, Paul Saliceti, Céline Simoni-Piacentini, Olivier Piacentini, Jean Zuccarelli.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus