SC Bastia : de la déchetterie de l'Arinella au stade de Toga, le drôle de parcours des écharpes nominatives des abonnés

Publié le Mis à jour le
Écrit par A.Bouschon
Les écharpes ont été étendues pour sécher le long des grilles du stade de Toga.
Les écharpes ont été étendues pour sécher le long des grilles du stade de Toga. © Guillaume Leonetti / FTV

L'image a fait le tour des réseaux sociaux insulaires : des milliers d'écharpes des abonnés du SCB, jetées dans des bennes au centre de tri de l'Arinella. Récupérées par des supporters, elles attendent désormais de trouver leur propriétaire.

"Regarde de ce côté, et moi je regarde là, comme ça on couvre plus de terrain." Comme cet homme venu avec un ami, les supporters du Sporting Club de Bastia sont nombreux, ce samedi 8 janvier, à avoir fait le déplacement au stade de Toga. 

Objectif : retrouver l'écharpe siglée à leur nom, ou à celui d'un proche, parmi les milliers étendues pour sécher au soleil le long des grilles et des murets de trottoir annexes au terrain de football. "Je cherche celle de ma copine, de sa sœur et de son père, glisse un jeune supporter. La mienne, je l'avais déjà récupéré au stade. Mais pour les leurs, on leur disait à chaque fois de repasser la semaine suivante, et au final ils ne les ont jamais eues."

Commandées par le club au cours de l'été 2021, ces écharpes nominatives devaient être offertes aux plus fidèles abonnés. Mais par défaut d'organisation ou de temps, seul quelques vêtements commandés ont effectivement été remis à leur propriétaire. 

"Les autres, ils les gardaient stockées dans des cartons au stade. Quand on leur demandait, on nous répondait à chaque fois que ce n'était pas possible, qu'il y avait trop de monde et pas assez de personnes pour les distribuer. Une belle blague", souffle une jeune femme.

Défaut de stockage

Des écharpes finalement retrouvées vendredi 7 janvier à la déchetterie de l'Arinella par des supporters.

L'image enflamme les réseaux sociaux insulaires, indigne les abonnés, et donne lieu dans l'après-midi à un communiqué d'excuse du Sporting Club de Bastia.

"Depuis le début du mois de décembre, de nombreuses écharpes qui n’ont pas été récupérées par leurs propriétaires ont subi de fortes détériorations notamment suite à plusieurs dégâts des eaux engendrés par un défaut de stockage pour lequel le club plaide coupable. L’état général et la qualité ayant été endommagés, il n’était pas envisageable de remettre ces écharpes à leurs propriétaires ou même d’effectuer une distribution gratuite", regrette le SCB, qui invite les abonnés "qui n’auraient pas récupéré leur écharpe à se présenter en boutique afin de communiquer leur adresse postale pour un envoi [...] Pour les personnes ne pouvant se déplacer, un lien de commande sera communiqué dans les prochains jours."
 
"Conscient que certaines images aient pu choquer, le club présente ses excuses et fera tout son possible pour que cela ne se reproduise plus à l’avenir", conclut le communiqué.

Alertées par les réseaux sociaux, plusieurs personnes se sont rapidement mobilisées, dans l'après-midi du vendredi, pour récupérer les écharpes jetées au centre de tri. Autour de 3000 ont pu être sauvées, et attendent maintenant de trouver leur propriétaire.

"Elles sont mouillées et ne sentent pas la rose, mais une bonne lessive et ça ira déjà mieux, grogne un abonné. Jeter des écharpes comme ça, quel gâchis. Gâchis financier, déjà, et quelle image, surtout : les couleurs du club à la poubelle ! Quelle honte. On reste malgré tout fidèles, mais on est déçus."

Et cette fidélité, il entend bien la prouver une nouvelle fois, ce soir, en brandissant haut son écharpe pour la rencontre entre le Sporting et Quevilly Rouen Métropole au stade Armand Césari.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.