Bannière résultats municipales

Municipales en Corse : refaire un premier tour à l'automne pourrait bouleverser les équilibres du 15 mars dernier

Edouard Philippe n'a pas apporté d'éclaircissements sur le déroulement du 2nd tour des municipales, mais la ministre de la cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, a envisagé que ce soit"après l'été". Ce qui demandera de refaire un premier tour. Quelles conséquences sur l'île ?

Au soir du premier tour, Georges Mela présidait au dépouillement, sous le regard attentif de Jean-Christophe Angelini
Au soir du premier tour, Georges Mela présidait au dépouillement, sous le regard attentif de Jean-Christophe Angelini © Pierrick Nannini
Si l’on excepte Bastia, où les enjeux sont particuliers et multiples, deux cas retiennent l’attention.
Celui d’Ile-Rousse et celui de Portivechju.

Dans la cité de l’extrême-sud la situation a nettement évolué en faveur de Jean Christophe Angelini, arrivé en tête avec une avance de 5 points sur Georges Mela qui se retrouve en ballottage défavorable.

Les élections seront probablement à refaire mais la donne pourrait changer avec le retrait définitif de Don Mathieu Santini qui, s’il n’a pas pris encore de décision, semble peu enclin à renouveler l’expérience.
En obtenant  près de 900 voix et 15% des suffrages il a réalisé un score plus qu’honorable, marqué de son empreinte ce scrutin mais insuffisamment pour peser réellement sur l’enjeu final.

Coronavirus, quelles conséquences sur les votes ?

Pour lui, il en est convaincu, la donne va évoluer.
De façon évidente, avec les conséquences économiques et sociales de cette crise sanitaire dans une micro-région où le tourisme pèse de tout son poid.
Et, peut être, sur le plan politique du côté des nationalistes qui, selon lui, devront tirer les leçons de leurs divisions.
Du moins l’espère-t-il...
 
Don-Mathieu Santini, candidat en mars dernier, ne semble pas vouloir repartir en cas de nouvelles municipales à l'automne
Don-Mathieu Santini, candidat en mars dernier, ne semble pas vouloir repartir en cas de nouvelles municipales à l'automne © France 3 Corse Via Stella


Reste que cette absence probable pourrait susciter des vocations, notamment à gauche. Une gauche absente le 15 mars mais qui, enjeu territorial aidant, serait tentée de revenir dans le jeu électoral porto-vecchiais.

Quel que soit le cas de figure la question est de savoir si la dynamique créée par Jean-Christophe Angelini s’amplifiera ou si, à la faveur des élections territoriales qui s‘approchent et avec des alliances nouvelles, Georges Mela pourrait sauver son fauteuil de maire.

Ile Rousse comme Portivechju ?

A Ile-Rousse la configuration est un peu semblable.
Angèle Bastiani, classée à gauche, à la tête d’une liste regroupant diverses sensibilités, et opposante principale du maire sortant Jean Joseph Allegrini-Simonetti, est en ballotage favorable.
Mais là encore une troisième liste menée par Michel Frassati, de sensibilité nationaliste, a quelque peu changé la donne.

Si le score de ce dernier, 13% des voix, est loin d’avoir répondu à ses attentes, il ne compte pas pour l’heure délaisser le champ électoral.

Aucune décision n’est encore prise et il laisse la porte ouverte aux discussions, sans exclusive aucune.
Une façon de se positionner pour le futur scrutin et de peser dans le duel qui s’annonce.
 

En cas de nouveau premier tour, Angèle Bastiani, comme les autres candidats, devra tout recommencer à zéro
En cas de nouveau premier tour, Angèle Bastiani, comme les autres candidats, devra tout recommencer à zéro © Viastella


Il est probable qu’en cas de ralliement il fera pencher la balance dans un camp ou dans l’autre.
Mais là encore, si les contingences extérieures pèseront d’un certain poids, les données locales et communautaires y auront toute leur place.

Pour le reste on suivra la situation de Sartène où le maire est sorti largement en tête face à trois listes d’opposition, celle de de Zonza pour son poids électoral qui en fait une des principales communes de Corse du sud, où les jeux ne sont pas encore faits et Figari où Jean Giuseppi conseiller de Jean-Guy Talamoni est arrivé en tête du 1er tour.

Des élections partielles qui décalées dans le temps pèseront peut-être encore plus sur les échéances à venir.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter