Le président de l'Assemblée de Corse demande un moratoire sur le déploiement de la 5G

Un rapport du président de l'Assemblée de Corse demande un moratoire sur le déploiement de la 5G dans l'île. Il sera présenté lors de la session de juillet.
Le déploiement de la 5G fait débat en France, tant auprès des citoyens que des élus.
Le déploiement de la 5G fait débat en France, tant auprès des citoyens que des élus. © Vincent Isore - MaxPPP
Après la création du collectif citoyen Terra Libera au début du mois, c'est désormais au tour des élus corse de manifester leurs inquiétudes à l'égard de la 5G : dans un rapport qui sera présenté à la session de juillet, le président de l'Assemblée de Corse demande un moratoire sur le déploiement de cette technologie dans l'île.

La 5G est la cinquième génération de réseau mobile, censée rassembler les applications de téléphonie mobile très haut débit, l'industrie connectée et l'internet des objets. Contrairement à ses prédecesseurs, la 5G ne se limite donc pas à la téléphonie mobile et aux communications grands publics, mais doit unir un grand nombre d'applications au sein d'une même technologie.

Le déploiement commercial de la 5G en France est fixé à l'horizon 2020. Mais des études menées par des organisations comme l'Académie Européenne de Médecine Environnementale (EUROPAEM-EMF) ou le Centre de Recherche International contre le Cancer (CIRC) font état de possibles effets néfastes d'une exposition prolongée à certains champs électromagnétiques.
  "Cette hâte à implanter une technologie dont on ne mesure pas les conséquences sanitaires, parait souvent motivée par des considérations financières, économiques et politiques, ou les luttes d’influence", peut-on lire dans le rapport du Président de l'Assemblée de Corse.

"Ce principe doit nous conduire non pas à rejeter définitivement la « 5G », mais à nous prononcer en faveur d’une position de raison : demander la suspension du déploiement de la « 5G » en attendant de disposer d’études d’impact environnementales et sanitaires, impartiales, objectives et indépendantes des intérêts industriels.

Le rapport pointe du doigt les possibles conséquences sur la santé d'une exposition augmentée aux champs électromagnétiques de radiofréquences, mais également les enjeux environnementaux, avec l'augmentation de la consommation énergétique nécessaire au fonctionnement de la 5G, les risques pour la biodiversité et les possibles effets sur les observations météorologiques, et donc la qualité des prévisions.

"Notre Assemblée se prononce en faveur d’un moratoire sur le déploiement de la « 5G », afin que le débat sur ce sujet puisse s’installer en Corse et dans l’attente que des études indépendantes et objectives sur les impacts sanitaires, soient disponibles."
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
technologies économie assemblée de corse politique