Cet article date de plus de 4 ans

Qui sont les Macronistes en Corse ?

En Corse, le mouvement En Marche! d'Emmanuel Macron a dépassé le cap des 550 adhérents début mars. Rencontre avec deux jeunes militants qui donnent de leur temps pour faire campagne pour le candidat à l’élection présidentielle. 
durée de la vidéo: 03 min 26
Qui sont les "Macronistes" en Corse ? ©France 3 Corse ViaStella
Le 16 novembre dernier, Emmanuel Macron déclarait sa candidature à la présidentielle. Pour Lola 21 ans, c'est le déclic. La jeune bastiaise, s'engage pour le mouvement En Marche!


"J’ai toujours été un peu perdue par cette idée de dire je suis soit à droite, soit à gauche", explique la jeune femme.

Si je suis à droite, je crache sur la gauche et si je suis à gauche, je crache sur la droite. Je trouvais que c’était assez réducteur.

Quelques mois plus tôt, en avril 2016, Emmanuel Macron annonçait la création du mouvement En Marche ! C'est à ce moment-là, que Kevin 26 ans, décide de le soutenir. Pas question d’attaquer le programme « d'équilibriste ni de droite, ni de gauche » du candidat Macron, tel que la presse le définit.

Bruno Le Maire avait un programme qui faisait 2 000 pages. Qui l’a lu ? Personne.

"Ce n’est pas parce qu’on arrive avec un bouquin énorme que de suite on va faire une révolution. Pendant 40 ans, on est arrivé avec des bouquins énormes, il y a aucune révolution qui a été faite, il n’y a rien qu’a changé", ajoute Kevin.


Favori des sondages, l'ancien ministre de l'Economie de François Hollande a présenté son programme jeudi dernier. Un programme d'inspiration sociale-libérale bâti entre "liberté" et "protection" d’une trentaine de pages.

S'il est élu, Emmanuel Macron compte s'engager dans six chantiers: réforme de l'école, "société du travail", modernisation de l'économie, sécurité, stratégie internationale et moralisation de la vie publique.

Début mars, dans l'île, le mouvement En Marche! dépassait le cap des 550 adhérents. Par rapport au nombre d'habitants, c'est en Corse qu'ils seraient les plus nombreux.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique élection présidentielle élections