Sécurité routière en Corse-du-Sud : face à la hausse des accidents, la police intensifie les contrôles

Publié le Mis à jour le
Écrit par A. Stromboni et F. Castillo Rodriguez

Avec six personnes - dont quatre motards - décédées depuis début juillet sur les routes de Corse-du-Sud, les chiffres sont alarmants. En cette période estivale marquée par une forte circulation, les forces de l'ordre renforcent leurs contrôles, notamment sur les deux-roues motorisés. Ce vendredi matin, une opération menée conjointement par la Police Nationale et Municipale a été organisée sur la route des Sanguinaires à Ajaccio.

10 heures devant le cimetière des Sanguinaires d’Ajaccio. Sous un soleil de plomb, des agents de la Police Nationale et Municipale mettent en place trois points de contrôle routier.

Objectif pour les forces de l’ordre : "Renforcer la lutte contre l’insécurité routière, faire de la prévention et de la répression par rapport aux comportements constatés sur la route."

Ce vendredi 12 août, les services de l’État sont également présents pour cette opération davantage axée sur les motos et autres scooters.

"Nous constatons que certains conducteurs de deux-roues motorisés ont encore trop souvent un comportement inadapté, explique Pierre Larrey, secrétaire général de la préfecture de Corse-du-Sud. Cela nécessite de notre part une réponse à la fois pédagogique mais aussi une forme de répression qui passe par des contrôles routiers."

Le représentant de la préfecture pointe des "des comportements dangereux, avec des dépassements de file de voitures qui peuvent aboutir à des accidents avec des piétons". Et d’ajouter : "Nous sommes assez préservés des rodéos urbains en Corse et à Ajaccio mais on voit quand même des acrobaties réalisées par des conducteurs de deux-roues motorisés, avec des "roues arrières", en particulier en centre-ville. Cela reste dangereux pour les conducteurs et pour les autres usagers de la route." 

Du côté des policiers, on partage le constat, notamment sur la circonscription d’Ajaccio. "Même si c’est moindre par rapport au territoire national, on constate tout de même un phénomène lié aux rodéos urbains que ce soit sur cette route qui mène aux Sanguinaires ou sur celle qui mène au Ricanto", indique Julien Colus, directeur départemental adjoint de la sécurité publique de Corse-du-Sud.

Des chiffres "très mauvais"

Face aux médias - qu’ils avaient conviés pour ce contrôle - services de l’État et de police ont mis l’accent sur l’augmentation des accidents de la circulation, rappelant que "les chiffres sont malheureusement très mauvais depuis le début de l’année avec une accélération depuis le printemps et cet été".

Depuis le 1er janvier 2022, 18 personnes ont perdu la vie sur les routes de Corse-du-Sud. L’an passé, on dénombrait 13 morts sur les douze mois. "Sur les cinq dernières années, la moyenne se situait à 9-10 décès par an", indique la préfecture.

Cette hausse des accidents mortels s’est également caractérisée cet été. Depuis début juillet, six personnes sont décédées dans le Pumonti, dont quatre dans des accidents de moto. "Les accidents de deux-roues représentent 50% des tués sur les routes de Corse-du-Sud", notent les services de l’État qui précisent que la moyenne nationale se situe autour de 24%.

30% de contrôles en plus

Dans la région ajaccienne, principal bassin de population du sud de l’île, les chiffres sont là aussi en augmentation. "Sur la seule circonscription d’Ajaccio, ce sont cinq personnes qui ont perdu la vie cette année contre une seule l’an passé, fait remarquer Julien Colus. Depuis le 1er janvier, on constate une augmentation de 160% des accidents corporels, ce qui est dramatique. La Police Nationale est totalement mobilisée pour lutter contre ce phénomène."

Une lutte qui se manifeste par une multiplication des contrôles. Plus de 500 ont pour l’instant été réalisés en 2022, avec notamment un renforcement des dépistages alcoolémie et stupéfiants.

Depuis juin, les forces de police ont intensifié leurs contrôles de 30%. "Nous allons continuer tant que la situation le nécessitera, c’est-à-dire tant que l’accidentologie ne sera pas revenu à un niveau relativement normal", soutient Julien Colus (interview ci-dessous).

Si l’opération de ce vendredi se voulait un peu plus axée sur les deux-roues, elle a aussi concerné les automobilistes. "Dix-sept voitures et dix-neuf motos ont été contrôlées en une heure, soit un total de 40 personnes, détaille Julien Colus. Tous les dépistages d’alcoolémie et de stupéfiants se sont révélés négatifs. Nous avons relevé 8 infractions, dont 5 pour non port des gants. Je rappelle qu’ils sont obligatoires aussi bien pour le pilote que pour le passager du deux-roues. Notre travail est aussi de faire de la prévention."

Une manière, aussi, pour la police et la préfecture de  lancer un appel au civisme et à la responsabilité de tous les usagers de la route. "Ce n’est pas seulement avec des contrôles que nous réussirons à diminuer le nombre d’accidents, souligne Pierre Larrey. Il faut que les conducteurs comprennent eux-mêmes que c’est avec une conduite apaisée, en utilisant les équipements de sécurité, qu’ils parviendront à assurer la leur."

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité