• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Le Mans : la ville achèterait le centre d'entraînement du Le Mans FC qui refuse l'offre de Michel Moulin

Henri Legarda, président du Le Mans FC et Michel Moulin en mars 2010 / © Jean-François Monier / AFP
Henri Legarda, président du Le Mans FC et Michel Moulin en mars 2010 / © Jean-François Monier / AFP

Le maire annonçait aujourd'hui les premières mesures pour redresser la situation financière du Le Mans FC, l'achat du centre d'entraînement sera à l'ordre du jour d'un conseil municipal extraordinaire jeudi. Mais ce soir le Mans FC rejette l'offre de Michel Moulin qui oeuvrait avec la ville...

Par Christophe Turgis

Le maire du Mans, Jean-Claude Boulard (PS), vient d'annoncer aujourd'hui les premières mesures destinées au redressement des finances du club. Les élus devront adopter jeudi une délibération lors d'une réunion de conseil municipal extraordinaire.

Le club souffre d'un déficit de 7 millions d'euros, la ville devrait se rendre propriétaire des bâtiments du centre d'entraînement de la Pincenardière pour un montant de 2 millions d'euros. Le maire affirme que "cela ne coûtera rien au contribuable", en assurant que le loyer annuel de 180 000 € que versera le club couvrira les remboursements de l’emprunt contracté sur quinze ans. C'est donc la banque qui prêtera à la ville qui fera une bonne opération !

La conférence de presse de JC Boulard

7 millions d'euros moins 2, le calcul est vite fait, il manquera toujours 5 millions d'euros pour combler le déficit... Pour en venir à bout il faudrait trouver un repreneur pour Le Mans FC. Le maire pourrait s'appuyer sur un ancien du club, Michel Moulin, qui n'a jamais caché son intention de s'offrir un club de foot, et de mettre l'argent nécessaire. Pour autant ce n'est pas gagné, Henri Legarda, l'actuel président du Le Mans FC, ne semblant pas décider à lâcher l'affaire.

Le club ne paye plus ses fournisseurs depuis plusieurs mois, et peine à payer le loyer de 600 000 euros, pourtant divisé par deux, pour l'utilisation du stade. Un stade surdimensionné, 25 000 places quand au mieux un stade de 18 000 places serait largement suffisant pour un club de bas de L2 qui fait 8000 spectateurs par match...

Dans tous les cas il y a le feu pour la ville du Mans. Ne rien faire, serait prendre le risque de payer la facture finale du MMArena. Si le club professionnel devait disparaître, et redémarrer en CFA, ou être rétrogradé en National, il est prévu que Le Mans Stadium, la filiale de Vinci qui exploite le stade, puisse demander une compensation à la ville. En millions d'euros cette fois et en pure perte.

Sur le même sujet

Hellfest 2019 : retour sur la conférence de presse de Ben Barbaud

Les + Lus