Tourisme à Nantes : un éléphant qui pèse lourd!

48 tonnes et des poussières ! C'est le poids de l'éléphant mécanique créé par la Compagnie La Machine. Un poids en corrélation avec la place qu'il a pris aujourd'hui dans le paysage nantais. Sur le bitume ou sur les réseaux sociaux, le pachyderme occupe l'espace, gare à la porcelaine...

Par Eric Guillaud

"C'est devenu le symbole de Nantes", me lâche comme une évidence Zoé, une jeune Anglaise installée à Nantes. Une évidence ? Et si c'était vrai, si l'éléphant symbolisait aujourd'hui à lui seul toute une ville, voire toute une région.

Nous sommes un jeudi du mois de mai, ensoleillé. Peu de monde autour du pachyderme ce jour-là, si ce n'est un groupe de Tamalou comme elles se définissent elles-mêmes, traduisez un groupe de personnes âgées. Elles sont venues de l'Orne pour découvrir les Floralies mais ne pouvaient décemment pas repartir sans avoir vu l'éléphant. "D'ailleurs où est-il cet éléphant ?", s'inquiète l'une d'entre-elles. Il tourne. Il tourne avec quelques touristes sur le dos. 3 kms/h affichés au compteur, les Tamalou ne devraient guère peiner à le rattraper.
Mais où est donc cet éléphant ? / © éric guillaud
Mais où est donc cet éléphant ? / © éric guillaud
Un groupe de cheveux cendrés mais aussi des groupes scolaires. Le grand éléphant et les Machines de l'île d'une manière générale intriguent et attirent les curieux d'un peu partout, de la région des Pays de la Loire bien sûr mais aussi de toute la France et des pays européens : 512 032 visiteurs enregistrés en 2013, 189 620 dans la seule galerie des Machines, 246 508 au Carrousel des Mondes marins et 84 904 sur le dos de l'éléphant. Les Machines de l'ïle n'ont rien à envier à l'autre symbole de la ville, le château de la Duchesse Anne.
L'éléphant est de sortie / © éric guillaud
L'éléphant est de sortie / © éric guillaud

512032 visiteurs d'un côté, une centaine de permanents de l'autre. Maxime Labat travaille depuis deux ans pour Les Machines de l'île. Originaire de la banlieue parisienne, il est venu s'installer à Nantes pour le cadre de vie et l'opportunité qu'offraient les Machines. Les touristes, il les côtoie toute la journée et à voir ses interventions théâtralisées non dénuées d'humour, on peut penser qu'il aime ça. "Il faut capter leur attention", nous dit-il avec un large sourire. Ce jour-là, Maxime est chargé de faire découvrir le fonctionnement des machines exposées dans la galerie, des machines qui rejoindront l'Arbre aux hérons, un nouveau projet un peu fou et complètement monumental des Machines de l'île...
Maxime Labat dans la galerie des Machines / © éric guillaud
Maxime Labat dans la galerie des Machines / © éric guillaud
Star sur le plancher des anciens chantiers navals, l'éléphant l'est aussi sur les réseaux sociaux. Il ne se passe plus un jour sans qu'on aperçoive le bout de sa trompe sur Instagram, Twitter, Facebook... Une viralisation bienvenue pour la ville de Nantes qui se forge par ce biais une image de capitale culturelle jeune, dynamique et innovante.
éléphant instagram

Ouest Médialab a pesé l'éléphant

La datavisualisation présentée en ouverture de ce papier a été réalisée d'après les chiffres fournis par Voyage à Nantes et Les Machines de l'île par Ouest Médialab, le premier cluster et labo numérique des médias, basé à Nantes.

Sur le même sujet

Les + Lus