Aéroport de Notre-Dame-des-Landes : les zadistes devront partir "quel que soit le résultat" selon Manuel Valls

"L'Etat de droit s'applique à Notre-Dame-des-Landes comme partout ailleurs dans le pays", a soutenu le Premier ministre Manuel Valls ce mardi après-midi à l'occasion de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée Nationale.

Les zadistes qui occupent "illégalement" les terrains du projet d'aéroport nantais de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) devront quitter les lieux "quel que soit le résultat" du référendum local de dimanche, a prévenu Manuel Valls à cinq jours du scrutin.

"Si le non l'emporte, le projet sera abandonné. Si le oui l'emporte dimanche, le projet sera engagé. Et je veux également rappeler que quel que soit le résultat, les personnes qui occupent illégalement des propriétés devront partir", a déclaré Manuel Valls lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

Dimanche, 980 000 électeurs de Loire-Atlantique sont appelés à un "referendum" consultatif. Ils devront répondre à la question : "Etes-vous favorable au projet de transfert de l'aéroport de Nantes-Atlantique sur la commune de Notre-Dame-des-Landes?"