Bijoux d'amour : le premier album plein de bisous et d'amour du Nantais Mou

Attention talent ! Il aurait pu attendre des jours meilleurs pour sortir son premier album, finalement sa musique se marie parfaitement avec le confinement. Onze titres qui nous parlent d'amour, de Sophie Marceau, de Victoires de la musique et même de croissants. À déguster sous la couette...

Mou, un artiste qui ne devrait pas faire tapisserie
Mou, un artiste qui ne devrait pas faire tapisserie © Gregg Bréhin
"Maman je n’irai pas aux Victoires de la musique, tu ne me verras pas, éteins la télévision", chante Mou en ouverture de cet album paru sous les couleurs du label nantais Futur records. Comme un regret ? Non, plutôt comme une confidence. Mou aime prendre son temps, profiter du moment, profiter de ce qui lui arrive de bien dans ces temps incertains.

Bijoux d'amour est le premier album de cet artiste à la personnalité attachante. Cuisinier de formation et de passion, il découvre la musique dans le sillon des groupes nantais Rhum for Pauline, Minitel rose ou Pegase avec ses influences qui viennent du hip hop mais aussi de la chanson française. Avec aussi un amour des mots, des jeux de mots, que l'on retrouve dans ses chansons.

Et un humour qui fait du bien ! Un humour léger, une touche surréaliste. Mou, c'est une tronche, il faut le dire, une tronche et un univers, à lui, qui ouvre des portes à qui veut le suivre. Bijoux d'amour parle de ce qu'il aime, de Sophie Marceau, du cha-cha, des croissants ou de la Ford Fiesta, avec une certaine nonchalance, certes, mais, une nonchalance qui galvanise. Tombé sous le charme. Interview...Mou - Victoires de la musiqueD'abord, question incontournable. Comment se déroule pour toi le confinement ? Pas trop difficile ?

Mou. Honnêtement, ça commence à être long. Durant les premières semaines, j’avais pas mal de choses à faire pour préparer la sortie de l’album, j’ai fait des clips, des visuels... Maintenant, on s’occupe comme on peut, je reprends l’éducation de mon doggo du coup. 

Tu n'es pas né chanteur, tu exerçais auparavant un autre métier...

Mou. J’étais et je suis toujours cuisinier. Je n’ai pas tout quitté pour la musique car c’était un peu incertain pour moi. 

La musique, c'est pour la vie ?

Mou. La musique c’est pour la vie, et la cuisine aussi ! Ahah. Pas de regrets d’avoir gardé mon activité dans la restauration en tout cas. Tu viens de sortir ton premier album ? Comment te sens-tu ?

Mou. Ça fait du bien de le sortir oui, c’est un beau projet qui réunit globalement tout ce que j’ai pu faire depuis le début. Ça permet de pouvoir avancer sur d’autres choses à présent.

Pourquoi le sortir en plein confinement ? Est-ce vraiment opportun ?

Mou. On s’est posé la question en effet avec le staff. Cet album est prêt depuis un petit moment, il fallait le sortir. Forcément, j’aurai préféré le sortir dans un autre contexte et pouvoir faire des lives directement par exemple. Mais j’estime que ma musique est faite pour le confinement, pour prendre un peu de recul, et sourire en m’écoutant pour penser à autre chose. Et puis, décaler la sortie pour quoi ? Se retrouver avec tous les albums décalés à cause du confinement, et être noyé par tous les gros artistes, non pas très envie. 

Bijoux d'amour est son titre. D'où vient-il ?

Mou. J’ai toujours été amateur de jeux de mots pour les intitulés de mes projets. Il y a eu "Full sentimental", "Royal câlin", et "Bijoux d’amour" est le petit dernier. Je voulais faire référence aux "bisous" car l’amour reste le thème récurrent dans mes chansons. L'album compte 11 titres, tous baignés dans le même univers singulier, plus chanson que rap, décalé, surréaliste, drôle mais aussi poétique, jusque dans les clips. Quelles ont pu être tes influences générales ?

Mou. Je ne me pose pas trop de questions quand il s’agit d’écrire des textes ou des scénarios de clips, je fais ce dont j’ai envie. Les gens qui m’entourent me laissent beaucoup de liberté et me font confiance. Donc tout ce qui est dans cet album, c’est tout simplement moi. 

Comment composes-tu tes chansons ? Seul ? La nuit ?

Mou. Toujours seul oui, le matin après 4 cafés pour être bien réveillé. Ou le soir, assez tard. Je reçois les prods, et ça marche au feeling. Si ça ne m’inspire pas, je ne force pas. Je fonctionne de plus en plus sur mon clavier pour trouver des mélodies cool à chanter. 

Que racontent-elles globalement ?

Mou. Elles racontent mon quotidien, les petites choses qui m’entourent, elles parlent aussi d’amour. 

Le premier titre de l’album s'appelle Victoires de la Musique. Peux-tu nous dire à qui elle s'adresse ? Et pourquoi ?

Mou. Le titre s’adresse principalement à ma mère, elle n’a pas tout de suite compris que la musique devenait sérieuse pour moi, elle ne s’y est pas intéressée dès le premier EP. Maintenant, elle écoute à chaque fois que je sors une track, et je voulais la prévenir qu’elle ne me verrait pas aux victoires de la musique par contre, on n'en est pas là...  Une chanson sur les Victoires de la musique, une autre sur Sophie Marceau. Pourquoi ? Que représente-t-elle pour toi ?

Mou. C’est une femme qui reste toujours aussi belle au fil des années je trouve. J’ai parlé de ça un soir dans un bar avec un pote, et on en a découlé sur La Boum, puis sur "est ce que ça boum ?" Bingo j’avais le refrain. Ensuite, je ne voulais pas écrire une histoire d’amour mais je m’imaginais lui poser des questions pour apprendre à se connaître. 

Ton album est sorti sous le label nantais Futur Records dans lequel officient Quentin Gauvin et Raphaël D'Hervez (Minitel Rose, Pegase...). Qu'ont-ils apporté sur l'album ?

Mou. Ils sont de bons conseils, de part leurs expériences quand ils faisaient partie de Minitel Rose, et à présent de leurs rôles de gérants de label. Quentin est là pour gérer le planning de sortie, faire des prods... C'est chez Raphaël qu'on a enregistré, arrangé, mixé et masterisé l’album, pas mal de taff que l’on a fait à "La maison du Futur", son studio à Pornic. 

La pochette de l'album est à ton image, à l'image de ton univers. Qui l'a réalisée ? 

Mou.
C’est Romain Lemé, le troisième membre du groupe Minitel Rose avec Raphaël et Quentin. C’est un pote aussi doué dans la musique que dans l’illustration. L’univers de ses dessins m’a toujours parlé, c’est pour ça qu’il a réalisé le visuel de mon premier EP "Full sentimental".Qu'est ce qui te manque le plus aujourd'hui ? 

Mou. Certainement retrouver les potes et se marrer. Mais aussi se balader sans se poser de questions... 

Quelle est la première chose que tu feras une fois le confinement levé ? Danser le tchatcha ?

Mou. Je dirais bien boire une bière en terrasse avec des copains mais ce n'est pas pour tout de suite. Alors, on se retrouvera dans nos chez-nous respectifs et on profitera un peu, on finira peut-être par danser le tchatcha oui. 

Merci Mou. Propos recueillis le 29 avril 2020 par Eric Guillaud
Plus d'infos sur Mou ici

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique culture
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter