Concert, single, clip, la belle rentrée du duo nanto-lavallois Soja Triani

Ils viennent pour l'un de Laval, pour l'autre de Nantes, ont flirté avec l'ambient et le metal, explorent aujourd'hui la chanson pop électronique et font tomber la neige en septembre dans un élan de poésie contrôlé, rencontre avec Tom et Amaury du groupe Soja Triani...

Neige est le titre du nouveau single de Soja Triani, c'est aussi un clip réalisé par Romain Bårbøt et Benoît “Nash” Caralp disponible sur la plateforme YouTube depuis quelques jours. De quoi patienter avant le concert que le duo d'électro-pop nanto-lavallois donnera en première partie de Rover mercredi 6 octobre à Stereolux à Nantes. Tom Beaudouin et Amaury Sauvé nous racontent tout ça...

Nous nous étions entretenus il y a deux ans maintenant, déjà deux ans, vous sortiez alors votre premier album, Nouvelles. Que s'est-il passé pour vous depuis ? 

Tom. On a fait une première petite tournée autour de l’album, nos premiers concerts. Finalement on est assez vite arrivé en mars 2020. Ensuite on a continué à composer en studio des titres comme Astronef sorti en janvier dernier et maintenant Neige, on a fait un travail de résidence à Trempolino et au 6par4 avec la metteuse en scène Annaick Domergue et un atelier d’écriture avec Alexis HK. 

On est suivi depuis peu par Jean Baptiste de Luik Music en édition, c’est agréable de se sentir un peu plus entouré. 

Dans votre premier single, sorti en mai 2019 je crois et intitulé Le Futur, vous racontiez "un futur proche où tout se serait pété la gueule". C'est un peu ce qu'on vient de vivre non ? Comment avez-vous traversé toute cette période de pandémie ?

Tom. C’est sûr que la période a été compliquée pour tout le monde à des degrés différents. On a tous les deux eu la chance d’avoir pu continuer à créer ensemble, et en parallèle avec nos projets respectifs, peut-être même plus que d’habitude car il y avait des trous importants dans nos agendas. C’est peut-être une façon de faire l’autruche, on est je pense tous conscients de vivre une époque de non-retour, Le Futur c’était un moyen de se moquer gentiment de ceux qui le nient à grand coup de totale confiance dans l’innovation technologique.

Votre nouveau single s'appelle Neige. Je sais que vous aimez à chaque fois raconter des petites histoires. Que raconte celui-ci ?

Amaury. C’est un conte sépia, un zoom dans une boule à neige qu’on achèterait dans un magasin de souvenirs. La chanson s’est construite autour de l’idée d’un vieil ermite qui sèmerait de la neige à l’infini, un peu comme la métaphore d’une douce folie.

Le clip est signé Romain Bårbøt et Benoît “Nash” Caralp, un clip sans neige mais avec de la glace, beaucoup de glace...

Amaury. C’est Romain notre compagnon depuis le début (il signe tous les artworks du groupe) qui a eu l’idée. 

Renforcer l’univers décrit dans la chanson sans non plus amener trop de narration. Ils ont tous les deux eu je crois beaucoup de patience pour filmer la fonte de ces objets emprisonnés sous la glace.

Retour sur scène, vous jouerez en premier partie de Rover le 6 octobre à Stereolux à Nantes. Une date importante ?

Tom. Pour sûr ! Ils nous avaient proposé une date juste avant le confinement, qui a été reportée deux fois puis annulée. Hyper chouette de leur part de nous confier cette première partie, avant le grand Rover. La salle maxi c’est une salle qu’on adore, on se souvient du concert de Low par exemple, on aura bien la pression.

Merci Amaury, merci Tom. Propos recueillis par Eric Guillaud le 23 septembre 2021

Plus d'infos sur le groupe ici, sur le concert le 6 octobre à Stereolux là 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique culture concerts