Coronavirus : la courbe des nouveaux cas s'arrondit dans les Pays de la Loire, les équipements de protection manquent

Pas question de crier victoire, le Covid-19 est toujours extrêmement actif, mais quand même, la transmission du virus marque le pas. Le confinement a porté ses fruits, en passant de 26% de cas nouveaux tous les deux jours à la mi-mars à 5% tous les deux jours désormais. 

L'Agence Régionale de Santé des Pays de la Loire reconnait de grosses difficultés d'approvisionnement en Équipements de Protection Individuelle et lance un appel au cliniques pur des dons ou ventes à pris coutant
L'Agence Régionale de Santé des Pays de la Loire reconnait de grosses difficultés d'approvisionnement en Équipements de Protection Individuelle et lance un appel au cliniques pur des dons ou ventes à pris coutant © Sébastien Bozon : AFP
"Le confinement reste plus que jamais d'actualité ! Le beau temps ou le ralentissement de la transmission du virus ne doivent pas nous faire oublier qu'il est autour de nous !" Les médecins et la direction de l'Agence Régionale de Santé des Pays de la Loire sont formels ce jeudi 16 avril !

"Et le 11 mai sera un départ progressif vers un autre mode d'organisation. Il faudra veiller à ce que tout le monde a bien compris les mesures barrières qui s'imposeront toujours." Le confinement a permis de faire passer le nombre des contaminations de 1 personne vers 3 personnes, à 1 personne vers moins de 1 personne.

"Dans l'idéal, il faudrait s'approcher de 1 pour 0 vers le 11 mai, pour que l'épidémie en reparte pas en flèche."

Les passages aux urgences comme les appels à SOS médecins en Loire-Atlantique indiquent eux aussi la baisse des suspicions de cas Covid. 8,2% des appels à SOS médecins aujourd'hui contre 26% à la mi-mars...
Ce qui fait dire aux médecins que : "la pression de l'épidémie marque le pas."


L'épidémie en chiffres dans les Pays de la Loire au 16 avril :  

Les Équipements de Protection Individuelle

L'ARS reconnait que l'approvisionnement en équipements de protection individuelle EPI reste en tension. Difficile de trouver sur le marché des équipements en quantité répondant aux normes, ou de bonne qualité, et dont les prix ne s'envolent pas... Il faudrait par exemple dans l'idéal disposer de 2,5 millions de tabliers jetables par semaine...
 

Des recommandations nouvelles

Sur la question des surblouses, les recomandations de l'ARS évoluent. Les médecins partant du principe que le virus ne passant pas la barrière de la peau, le port de vêtements à manches longues n'est pas nécessaire. Il est en effet plus facile de se laver les avant-bras au savon ou de les passer au gel hydro-alcoolique de nombreuses fois chaque jour, plutôt que de porter des manches qui font office de véhicule pour le transport du virus ou pire de réservoir pathogène où il se reproduit ! Le tablier jetable restant nécessaire.
 

Les tests

La région n'a pas encore attent son niveau optimum. 2600 tests sont réalisables chaque jour, 4600 à la fin de cette semaine. Il manque toujours un automate livré par le ministère de la Santé au CHU de Nantes pour pouvoir passer à 6600 tests quotidiens.

Un appel aux dons

Enfin l'ARS fait un appel aux dons ou à des ventes à prix coutant auprès des cliniques de la région, pour lui faire parvenir, masques, tabliers à usage unique, charlottes, etc.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter