Corsept : 400 caravanes de gens du voyage s’installent illégalement

Samedi 2 juillet, des centaines de caravanes de gens du voyage ont convergé vers Corsept, petite commune de 2700 habitants, située en bord de la Loire, au sud de Saint-Nazaire en Loire-Atlantique . Le groupe s’est installé illégalement dans une vaste prairie. Les maires locaux rappellent la loi.

C’était un peu la pagaille ce samedi après-midi sur la route reliant Saint Brévin les Pins et Paimboeuf. Un imposant convoi de 400 caravanes de gens de voyage ralentissent la circulation sur cette route qui longe la Loire.

Le groupe s’est installé sur un terrain agricole privé à Corsept, sans aménagement sanitaire, face à des agriculteurs et des élus locaux démunis. "C’est la troisième année consécutive que cette petite commune rurale de 2700 habitants voit l’installation illicite de centaines de caravanes, soit plus de 600 personnes. Ce terrain est pourtant sécurisé et il y est interdit d’y pénétrer", a immédiatement réagit par communiqué l’association des maires de Loire-Atlantique et des Maires Ruraux du 44.

" La communauté de Communes du Sud Estuaire dispose d’une aire d’accueil de grand passage à quelques kilomètres en conformité avec le schéma départemental d’accueil des gens du voyage. La loi doit être respectée y compris par les gens du voyage", poursuivent les élus.

L’association des Maires ruraux 44  et celle des Maires de Loire Atlantique rappellent la loi pour les communes de moins de 5000 habitants. "À Corsept, les conditions sanitaires, de sécurité publique et d’hygiène ne sont pas respectées et ne peuvent permettre cet accueil."

Les gens du voyage: des droits mais aussi des devoirs

Les maires persistent en soulignant que " la communauté des gens du voyage fait partie de la République Française . Elle a à ce titre, des droits mais aussi des devoirs ." Les associations de maires demandent à la Préfecture de faire appliquer les lois de la République.

Les élus s’inquiètent aussi du dédommagement des agriculteurs qui cultivent ces champs. Qui va payer?

Des discussions sont en cours avec les occupants pour qu’ils quittent au plus vite les lieux.

Actuellement, en Loire-Atlantique il y a notamment des aires d’accueil de grand passage à Nantes au pied du pont de Cheviré, à Trignac et à Herbignac. Une à Guérande est en projet mais elle fait polémique.