DOCUMENTAIRE. "La Loire n’est pas un long fleuve tranquille", le défi de l'urbanisation et de la préservation de l'environnement

replay

À force d'aménagement et d'urbanisation, la Loire est devenue encore plus imprévisible. Le documentaire de Xavier Naizet souligne l'importance de prendre des mesures pour protéger cette ressource précieuse et éviter les conséquences néfastes des inondations.

Ce documentaire, réalisé par Xavier Naizet, pose son objectif sur le fleuve ligérien, tout en nous faisant partager sa grande et sa petite histoire, sans omettre celle qui pourrait s’écrire demain. Les raisons de regarder "La Loire n’est pas un long fleuve tranquille" ne manquent pas. Nous vous en proposons trois à découvrir et à compléter au fil de l’eau.

durée de la vidéo : 00h01mn03s
Extrait du documentaire "La Loire n'est pas un long fleuve tranquille" : Itw de Nicolas-Gérard Camphuis, Centre Européen de Prévention du risque d’Inondation ©France télévisions

1 – Parce qu’il faut se méfier de l’eau qui dort

Ce matin, la Loire semble dormir dans son lit au bord de nos maisons. Elles sont séparées par des levées ou des digues, censées nous protéger de ses débordements. La Loire fait partie de nos vies, de notre paysage.

Nous nous inquiétons pour nous quand elle est haute, et pour elle, quand elle n’a plus que de sable sur ses eaux. Mais que connaissons-nous d’elle, de sa personnalité, de son histoire, de ce qu’on lui a fait subir pour la contrôler ? Que savons-nous de ses colères du passé et de celles qui montent en elle ? Sommes-nous prêts à protéger notre territoire ou devons-nous lui redonner sa place ?

Les spectateurs des colères de la belle Ligérienne ne sont plus là pour en témoigner. Le temps a fait son œuvre. Il reste des illustrations, des écrits, le modeste monument au mort du soldat Paul Duvelle. Des repères ancrés sur les murs pour marquer les niveaux des plus hautes crues comme on trace un trait de crayon pour surveiller les soubresauts, de croissance d’un enfant. Mais la Loire est bien plus imprévisible, elle va et vient. Son niveau ne cesse d'évoluer au gré des saisons. Par le passé, en 1846, 1856, 1866, elle a fait des dégâts considérables. Des biens matériels, des récoltes, mais aussi des vies humaines et animales ont été emportées dans son flot dévastateur. Il en a fallu du temps pour oublier, mais il est peut-être venu, celui de s’en souvenir.

2 – Parce que la Loire n’est pas aussi sauvage qu’on aimerait le croire 

Sauvage, l’est-elle encore aujourd’hui ? Inscrite au patrimoine de l’Unesco, elle est indissociable de nos paysages, de nos villes et de nos châteaux.

C’est un fleuve extrêmement irrégulier, d’un tempérament changeant. Nous sommes habitués à guetter les remous des poissons qui l’habitent du haut d’un pont ou à poser notre regard sur ses bancs de sable. Mais si nous l’imaginons libre de son cours et de ses humeurs, c’est que nous faisons abstraction de ce que nous lui avons fait subir pour le maîtriser, pour le contenir, prié de ne pas aller au-delà des limites imposées par l’aménagement et l’urbanisation.

La Loire est un fleuve de sable où il y a parfois de l'eau

Jules Renard

Écrivain

Des bords de Loire anthropisés, nous sommes de plus en plus nombreux, confortablement installés, à nous être approprié cet espace. Nombre d’entre nous avons même oublié qu’il ne s’agissait peut-être que d’un prêt que dame nature ne nous concédera pas ad vitam æternam.

3 – Pour s’informer des moyens mis en œuvre contre les inondations

Digues renforcées, barrage, déversoir, habitat sur pilotis, déconstruction…

Nos garde-fous, sont-ils à la hauteur ? Aurait-il fallu tirer des leçons du passé au lieu de multiplier les constructions à tout-va en zone inondable ? Des débordements auront lieu, c’est une certitude. Les digues, seront-elles assez fortes ?

Nul ne le sait. Pus de 3 000 personnes vivaient dans le lit majeur de la Loire, en zone inondable au XIXᵉ siècle. "Nous serions près de 300 000 aujourd’hui, alors, on peut toujours croire qu’on va échapper à la catastrophe, on peut aussi écouter les voix qui nous disent : faites attention !"

Peut-on faire mieux pour éviter le pire ? Prendre conscience du danger est déjà un premier pas pour se joindre collectivement à la réflexion.

Il y a des écrivains comme Camille de Toledo, des philosophes, des juristes, des scientifiques, qui ne veulent pas attendre que les décideurs décident, alors ils se sont réunis pour créer le Parlement de Loire pour que tu deviennes une personne presque comme nous, une personne juridique.

Xavier Naizet

Réalisateur

Dans notre pays, le droit des entités naturelles est encore à construire, mais de nouvelles initiatives pourraient bien changer la donne et distribuer des atouts que les générations futures sauront prendre en considération pour le meilleur et pour l'avenir.

Cet article est écrit en collaboration avec Pascale Menard et Isabelle Amelot

"La Loire n’est pas un long fleuve tranquille", un documentaire réalisé par Xavier Naizet, coproduit par Y.N Productions / Wide productions / France Télévisions, à voir mercredi 7 juin à 23h50 sur France 3 Pays de la Loire.

► À voir en replay sur france.tv dans notre collection La France en Vrai 

► Retrouvez l'ensemble de nos programmes sur france.tv

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité