La nouvelle donne politique en Pays de la Loire après les Législatives 2022

Publié le Mis à jour le
Écrit par Virginie Charbonneau avec Claude Bouchet

Pour ce dernier Dimanche en politique de la saison, Virginie Charbonneau et Arnauld Leclerc font le bilan de la Présidentielle et surtout des Législatives, qui ont vu la Macronie reculer en Pays de la Loire, mais moins qu’ailleurs, car les 2/3 de nos 30 circonscriptions restent acquises à la majorité Présidentielle.

Retour sur une année électorale intense avec 2 élections et 4 tours de scrutin qui ont en partie redessiné notre paysage politique. La rédaction vous propose de suivre les nouveaux députés en reportage : ils sont 12 à avoir été élus dimanche dernier en Pays de la Loire et suivre leurs premiers pas à l’Assemblée Nationale, premier contacts avec leurs futurs collègues… 

La macronie a reculé dans notre région (elle perd 4 sièges), mais moins qu’ailleurs. Elle détient encore les 2/3 des circonscriptions des Pays de la Loire (20/30). La Gauche a retrouvé des couleurs, mais on est loin du raz de marée rouge, rose ou vert en pays de la Loire. Car elle ne gagne des circonscriptions qu’en Loire-Atlantique : 5 sur 10 ont basculé à Gauche, dans ses bastions historiques à Nantes et St Nazaire

Le fait majeur de ces élections, c’est la percée du Rassemblement National. Nous restons en France la seule région avec la Bretagne à n’avoir aucun député Rassemblement National. Mais le parti lepéniste a un fait un score inédit en Pays de la Loire : 6 de ses candidats se sont qualifiés pour le 2d tour des élections législatives, aucun n’a été élu, mais cela s’est joué à 88 voix près dans la 4è circonscription de la Sarthe.

Une colère qui se traduit dans les urnes et dans les cartes. Celle du vote dans la Sarthe montre que ce sont les communes rurales, éloignées du Mans, qui ont le plus voté RN. Une France périphérique, celle des Gilets Jaunes, qui vote aujourd’hui majoritairement pour le RN, y compris dans notre région où le parti faisait jusque-là ses moins bons scores au niveau national.

Ce qui inquiète certains élus de la Gauche, notamment François Ruffin. Pour le député insoumis réélu dans la Somme, "On ne doit pas devenir la G des métropoles contre la D et l’Ext-D des bourgs et des champs".  

18 députés sortants ont été réélus en Pays de la Loire. 12 nouveaux députés vont donc faire leur entrée à l’Assemblée Nationale : 3 nouveaux élus en Sarthe, 2 en Vendée, 6 en Loire-Atlantique et 1 en Maine-et-Loire.

Certains, impatients… sont allés au Palais Bourbon dès lundi, le lendemain de leur élection. D’autres ont attendu mardi ou mercredi…

Des journées aux ambiances bien particulières… 

Renouvellement des visages, des profils aussi. Il y a moins de "CSP +", cadres, chefs entreprise qu’en 2017.

En 2017,  76% des députés étaient cadres ou chefs d’entreprise alors qu’ils ne représentent que 25% de la population française. Le chiffre a un peu baissé, à 58% mais ces profils restent majoritaires.

 

On trouve désormais à l’Assemblée plus d’employés et surtout des ouvriers font leur retour au Palais Bourbon.

 

Désormais, on trouve donc aussi sur les bancs de l’Assemblée des chauffeurs de taxi, une femme de ménage et de notre région, une éducatrice spécialisée en pédopsychiatrie, Elise Leboucher, élue insoumise dans la Sarthe, 2 téléopérateurs aussi

Il s’agit de Ségolène Amiot et Andy Kerbrat : jusqu’à lundi matin, ils étaient collègues de travail dans une centrale d’appel téléphonique. Elus l’un et l’autre dimanche soir en Loire-Atlantique sous l’étiquette insoumise, ils sont désormais  collègues à l’Assemblée Nationale !

 

Enfin, les partis "traditionnels" sortent fragilisés de cette séquence électorale. Le Parti socialiste (qui n’avait qu’un seul candidat en Loire-Atlantique, Karim Benbrahim, battu au 2d tour) n’a plus qu’un élu en Pays de la Loire (Guillaume Garot en Mayenne).

Une situation qui affaiblit Johanna Rolland dans sa ville de Nantes, où Jean-Luc Mélenchon a réussi son meilleur score régional au 1er tour de la Présidentielle (32,9% dans la ville).

Les Républicains sont aussi en pleines turbulences, divisés comme jamais

La ligne officielle du parti – pas de rapprochement avec Emmanuel Macron – est celle de Bruno Retailleau. Mais plus du tout de Franck Louvrier, maire de la Baule, favorable à un rapprochement avec Ensemble. Et surtout de Christelle Morançais.

La Présidente de la Région Pays  de la Loire est partisane d’un contrat de gouvernement avec la majorité présidentielle. Une position minoritaire dans le parti des Républicains, qu’elle pourrait quitter bientôt. Ce qui risque de faire tanguer sa majorité à la Région…