Ancenis : les bons résultats de Terrena qui va construire un nouvel abattoir

Terrena publie ces, bons, résultats économiques, la coopérative agricole d'Ancenis en Loire-Atlantique va bien, affirment son président et son directeur, elle va construire un abattoir moderne pour de meilleures conditions de travail pour ses 435 salariés, et d'abattage des volailles.

A Ancenis Terrena regroupe 21 500 adhérents, agriculteurs ou éleveurs
A Ancenis Terrena regroupe 21 500 adhérents, agriculteurs ou éleveurs © Terrena
À Ancenis en Loire-Atlantique, Terrena renoue avec les bénéfices. Le résultat net du groupe, troisième coopérative agricole française, a atteint 5,2 millions d'euros en 2019, en progression de 20,1 millions par rapport à 2018.

"Terrena reste solide et sa polyvalence est un atout même si nous le savons, la crise actuelle aura de réelles conséquences", précise Olivier Chaillou, qui préside la coopérative.

Les filières différenciées qui font cette réussite représentent désormais "27% du chiffre d'affaires de Terrena", avec une croissance de 20% pour la marque La Nouvelle Agriculture et de +14% pour les filières bio.

Le chiffre d'affaires 2019 s'établit à 4,8 milliards d'euros, légèrement en deçà de 2018 (4,9).

L'excédent brut d'exploitation (Ebitda) enregistre une progression de six millions d'euros par rapport à 2018, à 105 millions d'euros. Ce résultat financier "permet un retour de 11,5 millions d'euros" aux 21 500 agriculteurs adhérents. Terrena emploie 13 500 salariés.
 

Un nouvel abattoir à Ancenis

Des bons résultats qui permettent à la coopérative de lancer à Ancenis, un projet de nouvel abattoir destiné aux volailles. Les travaux devraient débuter au printemps 2021, pour un investissement de 43 millions d'euros.

Cet abattoir, dont l'ouverture est prévue en 2022 et qui reprendra les 435 salariés permanents du site actuel, a été conçu pour améliorer les conditions de travail. 

La question du "bien être animal" est également mise en avant. Ce nouvel outil permettra une amélioration des conditions d'abattage des animaux, après concertation avec les ONG spécialisées sur ce sujet.

Avec "deux innovations significatives" : "un quai d'attente des volailles fermé et parfaitement ventilé", ainsi qu'un "tunnel d'anesthésie au CO2 qui remplacera l'anesthésie électrique utilisée actuellement". 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie emploi