Batz-sur-Mer : des micro déchets de plastique sur la plage

Ils étaient quelques-uns ce samedi matin à mettre à profit le beau temps pour une promenade utile. Sur la plage de Batz-sur-Mer en Loire-Atlantique, l'association Decos et ses équipiers d'un jour ont fait la chasse aux déchets de toutes sortes.
"Dans les herbages constate Dominique, il y a pas mal de polystyrène qui a volé. On a eu des grosses tempêtes, ça a pu remonter au delà des dunes et puis hier, plage Valentin, on a trouvé des micro plastiques."

L'association Decos (Défense de l'Environnement et de la Côte Sauvage) a sillonné la plage Valentin vendredi. Aujourd'hui, à la demande de vacanciers, elle a mobilisé quelques-uns de ses bénévoles pour intervenir sur la plage de la Govelle. Aidés en cela par des promeneurs volontaires.
 

"Le plastique, il est toujours là !"

Et il y a de quoi faire. Juste après les tempêtes, il y a de gros déchets mais ensuite il reste les plus petits, plus difficiles et plus longs à ramasser.

"Le plastique se fractionne confirme un bénévole et finalement il est toujours là."
 

Quand c'est rouge ou bleu, ça va mais lorsque le déchet est de couleur claire, pas simple de le distinguer sur le sable.

"Il y a beaucoup de plastiques confirme Martine, quand on ouvre des poissons, parfois on trouve un tas de petits bouts, c'est ce qui les fait mourir. "
 

"C'est leur avenir qui est en jeu..."

Attention à ne pas prendre certains déchets organiques pour du plastique comme les restes de vélelles, des petites méduses désséchées.

Emilie vit à Bordeaux, elle vient régulièrement en vacances sur la presqu'île guérandaise avec ses enfants.

"On trouve beaucoup de batons de sucettes, de tiges de cotons tiges, remarque-t-elle. Il faut qu'on change nos habitudes de consommation pour essayer de protéger ces endroits magnifiques. On essaye d'expliquer à nos enfants depuis qu'ils sont tout petits qu'il ne faut pas acheter trop de plastique et qu'il faut venir nettoyer les plages. C'est leur avenir qui est en jeu." 
 
Les nettoyeurs ramassent également les gros déchets de bois qui pourraient être dangereux pour les surfers sur ce spot connu des sportifs.

Et puis parmi les micro déchets, ils ont aussi mis de côté des petites billes qu'ils vont tenter d'identifier afin de savoir d'oû elles viennent.
 


"On y passerait des heures..."

"Il y a les sacs plastiques constate Martine, mais ces tout petits déchets c'est encore pire. Sur un mètre carré, on pourrait y passer trois ou quatre heures pour ramasser tous les petits déchets."

► Voir notre vidéo
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement pollution