La fabuleuse histoire du moulin à papier du Liveau et la création artisanale de papier recyclé

Le moulin à papier du Liveau, à Gorges, dans le vignoble nantais, fait partie des derniers en France à être encore en activité. De la roue à aubes aux piles à maillets et à la cuve à ouvrer, découvrez les secrets de la fabrication du papier.

Le moulin à papier du Liveau: découvrez une histoire riche en recyclage et transformation

“Il faut imaginer les chiffonniers qui arrivaient dans les moulins, porteurs de hottes remplies de textile de récupération, qu’ils étaient allés chercher dans les hôtels ou les hôpitaux.” Au moulin à papier du Liveau, à Gorges, Anne Leroy est votre guide.

Au sein de l’association “Pour les arts graphiques en vallée de Clisson”, la responsable du site a l’habitude de raconter l’histoire du lieu. Un ancien moulin à farine mentionné pour la première fois en 1407 et transformé par sa propriétaire en moulin à papier en 1825.

Le processus de fabrication : des chiffonniers aux feuilles de papier 

La roue à aubes, dans sa chambre d’eau, n’est pas visible de l’extérieur. C’est elle qui entraîne tous les mécanismes de la salle des machines, comme cette magnifique pile à maillets. Ces espèces de gros marteaux, entraînés par un arbre à cames, “raffinaient le textile” rapporté par les chiffonniers durant quarante heures.

Des chutes de textile, mélangées à de l’eau, martelées jusqu’à en faire “une pâte qui servait ensuite à remplir les cuves pour la mise en feuilles”.

Technologies passées et présentes : des maillets aux piles hollandaises

Aujourd’hui, la pile hollandaise (électrique) a remplacé la pile à maillets et l’association utilise le papier d’art recyclé du musée de l’imprimerie à Nantes pour confectionner son papier. Une fois la pâte prête, elle est versée dans une cuve à ouvrer.

L'ouvreur, le tamis et le leveur: les artisans du papier à l'œuvre

L’ouvrier qui travaillait à la cuve était appelé l’ouvreur

Anne Leroy

Guide au Moulin

Muni d’un rédable, sorte de bâton de bois, il spatulait la pâte afin de s’assurer qu’elle soit bien homogène”. Il s’emparait ensuite d’une forme, sorte de petit tamis rectangulaire, sur lequel était posée une couverte, comme un cadre en bois.

Notre hôte reproduit les gestes sous nos yeux, plongeant la forme dans la pâte avant de la ressortir.

“Les fibres restent en surface et l’eau s’égoutte. On fait basculer la couverte afin de libérer la feuille. Un deuxième ouvrier était chargé de coucher le papier. ll retournait le tamis sur un feutre, puis reposait un autre feutre par-dessus, ensuite une feuille et ainsi de suite jusqu’à obtenir une pile.

Cette pile était ensuite déposée sous une petite presse qui permettait à l’eau de s’égoutter. Le travail du leveur était de séparer précautionneusement les feuilles des feutres. La dernière étape, qui pouvait prendre plusieurs jours, consistait à faire sécher les feuilles”.

Visitez le moulin à papier du Liveau et repartez avec votre propre feuille 

De février à novembre, les visiteurs peuvent mettre la main à la pâte tout en découvrant l’histoire du lieu et repartir avec leur feuille. Créer ainsi une feuille de papier donne tout de suite moins envie de la gaspiller.

►Retrouvez tous les témoignages Vous Êtes Formidables sur france.tv

► Voir l'ensemble de nos programmes sur france.tv

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité