Loire-Atlantique : blocage attendu de la raffinerie de Donges lundi 10 juin

La FNSEA et les Jeunes agriculteurs ont annoncé le blocage à partir du lundi 10 juin de 13 sites à travers la France, dont la raffinerie de Donges en Loire-Atlantique. Ils dénoncent l'importation d'huile de palme pour faire fonctionner une raffinerie de bio-diésel dans le sud-est de la France.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Selon Total, la plateforme de Donges est la 2ème raffinerie de France, après celle de Normandie. C'est le seul site situé sur la façade Atlantique, et il offre une capacité de traitement de 11 millions de tonnes de brut par an.

Avec une telle capacité de production, son blocage est d'autant plus sensible. Des milliers d'usagers pourraient être impactés dans la région par ce blocage.
La raffinerie de Donges fait partie des 13 sites de raffinerie et de dépôts de carburants qui seront bloqués à partir du 10 juin au soir, et jusqu'au 13 juin.

Pourquoi la FNSEA et les Jeunes agriculteurs se mobilisent ?


La fédération des syndicats d'exploitants agricoles dénonce "les contradictions du gouvernement sur les accords internationaux et les négociations bilatérales qui autorisent des contingents d'importation complémentaires qui viennent déstabiliser l'ensemble des filières", selon Jérôme Despey, secrétaire général de la FNSEA.

En effet, le gouvernement de Manuel Valls avait demandé à Total de faire de la raffinerie pétrolière de la Mède, une raffinerie de biodesiel. Total a accepté les travaux, nécessaires pour reconvertir la raffinerie.

Le dilemne pour l'Etat, c'est qu'elle doit utiliser l'huile de palme pour produire du bio-diésel. Le groupe a investi 275 millions d'euros pour cette bio-raffinerie qui utilisera 50% d'huile de palme, soit "au plus 300.000 tonnes par an", selon Total.

"Non content d'en avoir dans le Nutella, maintenant ce sont 400.000 tonnes d'huile de palme qui vont venir dans les raffineries, donc dans nos voitures", avait déclaré la semaine passée la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert.

Nicolas Hulot a répondu ce matin à cette question lors de la matinale de France Inter.

Petit à petit il va falloir s'affranchir des importations d'huile de colza, au détriment de la forêt amazonienne, et de l'huile de palme, au détriment d'autres forêts. En ce qui concerne la raffinerie de la Mède [...], est-ce que je vais dire à Total, non ce n'est pas suffisant [d'avoir sauvé 450 emplois en reprenant la raffinerie], vous allez fermer cette raffinerie et mettre 450 personnes au chômage.





► Retrouvez l'histoire de la raffinerie de la Mède avec l'article ci-dessous :