Maladie de Charcot. Jusqu'au bout, Thierry a pu vivre ses rêves grâce à sa compagne Corine, sa fille Madly et tous ses amis

durée de la vidéo : 00h05mn36s
La maladie de Charcot n'a pas empêché Thierry de réaliser ses rêves, Corine, sa compagne et Madly, sa fille, témoignent... ©Mstream

Thierry Pogu, surnommé "Pog's" par ses proches, a été emporté par la maladie de Charcot, fin novembre 2023. Pendant les mois qui ont précédé, ses proches ont réalisé ses souhaits afin de lui rendre tout l’amour et l’énergie qu’il dégageait. Corine et Madly témoignent de ses derniers instants de vie plus magiques les uns que les autres.

25 novembre 2023, 3 h du matin. Un moment à jamais gravé dans la mémoire de Corine Terrien. Son grand amour, Thierry Pogu, lui a livré son dernier sourire, emporté par la maladie de Charcot. "Au quotidien, quand on vit cette maladie, c’est vraiment un enfer", souligne Corine.

Jusqu’au bout, Thierry a souri et fait des blagues, il donnait de la force à tout le monde, c’est une belle leçon de vie

Corine Terrien

Conjointe de Thierry

Corine et Thierry se sont aimés quand ils avaient 17 ans. Puis chacun a fait sa vie de son côté. Et 37 ans après, les amoureux se sont retrouvés. Entretemps, la vie venait de jouer un très mauvais tour à Thierry.

La découverte d'une maladie

En septembre 2022, l’ancien couvreur, fan de moto, de musique métal et de Motörhead, apprenait qu’il était atteint de la maladie de Charcot, qui se caractérise par une perte progressive des neurones moteurs du cerveau et de la moelle. Une maladie qui touche environ 8 000 personnes chaque année en France, selon l’ARSLA (association de lutte contre la maladie de Charcot), avec cinq nouveaux diagnostics par jour et autant de décès.

"Il était enfermé dans son corps. Il avait toute sa tête, mais ne pouvait plus bouger, plus boire, plus manger, plus parler, un enfer", explique Corine. "Chaque personne a des symptômes différents avec une évolution différente, et pour papa, ça a été très rapide" ajoute Madly, sa fille.

Thierry a fini sa vie à l’hôpital de Corcoué-sur-Logne, en Loire-Atlantique, où Corine avait élu domicile également. "Je m’étais installée dans sa chambre pour profiter de chaque instant".

Faire de ses rêves une réalité

Ses proches lui avaient fait une promesse : faire du reste de sa vie un paradis. "Il nous avait laissé une liste de ce qu’il désirait faire avant de partir", raconte Madly. "On a fait les plages du débarquement en Normandie, de la montgolfière, précise Corine. Il a été au Hellfest. On a fait pas mal de sorties en bord de mer l’été dernier. La seule chose qu’on n’a pas pu faire, c’est le saut en parachute, car la maladie était trop avancée, les médecins ont refusé". 

Et encore une semaine avant son décès, ses amis lui ont fait la surprise de l’emmener voir un concert de rock au AK Shelter à Nantes, escorté, sur le périphérique, par les bikers du 44.

"Il avait des étoiles plein les yeux" se rappelle Corine. Tous sont désormais concentrés sur le concert du 13 janvier au Stéréolux à Nantes, organisé par "Piranha Décibels", l’association que Thierry avait créée avec ses amis dans sa jeunesse. Cinq groupes de rock sont au programme.

Une cagnotte solidaire

 Les bénéfices de ce concert seront reversés à l’association Arsla. Une cagnotte solidaire en ligne a été mise en place.

"Ça va être un moment convivial, pour lui, pour tous les gens qui sont malades". Corine ne souhaite d’ailleurs pas s’arrêter là. "J’ai envie qu’on en parle, que ça fasse du bruit, que ça bouge pour cette maladie. Les personnes atteintes ont besoin de nous. On a tout ce qu’il faut pour bouger, pour parler. On doit être leur porte-parole et je sais que j’ai la force pour ça".

► Retrouvez tous les témoignages  Vous Êtes Formidables  sur france.tv

► Voir l'ensemble de nos programmes sur   france.tv

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Pays de la Loire
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité