Nantes : Gabin, l'enfant “autrement” d'Astrid va entrer en IME

Le cri du coeur d'Astrid Willemet pour son fils Gabin / © DR
Le cri du coeur d'Astrid Willemet pour son fils Gabin / © DR

En juin dernier, nous vous avions relaté le cri du coeur d'Astrid, la maman de Gabin sur Facebook qui cherchait une place pour son fils en institut spécialisé pour cette rentrée. Toujours sur Facebook, Astrid nous donne des nouvelles. Gabin a trouvé une place en institut médical éducatif (IME).

Par Claude Bouchet

"26 ans, vous êtes enceinte tout va bien, vous êtes heureuse. Votre bébé naît, l'accouchement se passe bien, votre bébé est en forme, tout le monde est heureux. Et puis 15 jours après c'est le début de la fin d'une partie de votre vie"... C'est avec ces mots qu'Astrid, la maman de Gabin, 6 ans, racontait sur Facebook en juin dernier les débuts de sa vie avec son enfant "autrement" comme elle dit.

Ce n'est pas un enfant différent, c'est un enfant "autrement"​


Car la jeune mère de famille, qui est divorcé du papa de Gabin, n'a pas de nom à mettre sur la maladie de son fils : "Il a un retard global du développement, non diagnostiqué, donc il ne rentre pas dans les cases en l'absence de ce diagnostic. On doit donc constamment justifier son état" explique Astrid. Pas de diagnostic précis, ça tombe bien, mettre les gens dans des cases, c’est pas mon truc… Même si là, franchement, ça aiderait parfois… Sauf que Gabin a 6 ans. Et 6 ans c’est l’école obligatoire.

En juin derrnier, Astrid s'inquiétait de l'avenir de son fils. Gabin était, jusqu’à cette année, scolarisé 12 heures par semaine, accompagné d’une AVSI (Auxiliaire de Vie Scolaire Individualisée) dans une école maternelle en classe de Moyenne Section. Il y était très bien intégré. Le reste du temps il était gardé à domicile avec des accompagnateurs (Handisup), heures d’accompagnement financées par la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées). Gabin a avait trouvé son équilibre. C’était un peu plus compliqué pour ses parents, en terme d’organisation.

L'IME, un choix par défaut ?

En France, quand on a 6 ans comme Gabin et que la scolarité devient obligatoire, voici les solutions d'accueil possibles :

  • Classe Primaire classique : pas possible pour Gabin
  • Classe Primaire avec une AVSI (Auxiliaire de Vie Scolaire Individualisée) : trop de retards dans les apprentissages pour Gabin.
  • CLIS (Classe d’Inclusion Scolaire) : Gabin n’est pas suffisamment autonome, cela nécessite également de pouvoir rester 1/2h concentré sur un exercice dirigé et Gabin aurait besoin de la présence d’une AVSI à ses côtés. Et cette disposition n’est à ce jour pas possible en Loire Atlantique. Cette option a été abordée avec la Sénatrice Michelle Meunier lors d'une entrevue avec ses parents qui, dans l'idéal aurait fait ce choix.
  • IME : seule solution possible proposée pour Gabin et qui signifie donc une sortie du système scolaire ordinaire. Les places en IME sont rares au vu des nombreuses demandes
Fin Juillet, un IME contacté par les parents de Gabin dans la liste de ceux conseillés, les informent qu’il pourrait accueillir Gabin dès le 2 septembre prochain, plusieurs places pour des petits s’étant libérées dans leur établissement.

Evidement, les parents sont soulagés que Gabin ne soit pas sans solution pour septembre, qu’il puisse faire sa rentrée comme tout autre enfant et que l’IME dans lequel il va continuer à grandir et apprendre. L’idéal pour Gabin aurait été une option intermédiaire mais cette solution n’existe pas encore en France. Les parents de Gabin souhaitent que l’IME soit une vraie passerelle pour un retour en milieu scolaire ordinaire.

Et pour justement garder un pied en milieu ordinaire, Gabin est inscrit au centre de loisirs. Ses parents vont également essayer d’adapter les heures de garde du soir après l’IME (dans une école ordinaire en périscolaire, avec un accompagnateur).











A lire aussi

Sur le même sujet

Vendée : le Roller-derby

Les + Lus