Aux Sorinières, près de Nantes, la dépollution de l'Orcerie se poursuit

Cinq jours après l'accident du camion citerne qui transportait des hydrocarbures sur l'A83, près de Nantes, la dépollution de la petite rivière l'Orcerie, aux Sorinières est toujours en cours. 
Le ruisseau de L'Orcerie pollué après l'incendie d'un poids lourd sur l'A83, le 18 juillet 2020
Le ruisseau de L'Orcerie pollué après l'incendie d'un poids lourd sur l'A83, le 18 juillet 2020 © France Televisions - Céline Dupeyrat
"Il fallait protéger nos riverains" explique Christelle Scuotto, la maire des Sorinières. C'est pourquoi, ce lundi, des messages ont été déposés dans les boîtes aux lettres du secteur concerné, signalant la forte pollution de l'Orcerie, ce petit cours d'eau qui serpente à l'est de la commune, près de l'autoroute A 83. L'odeur des hydrocarbures est toujours là pour rappeler l'importance de cette pollution.

C'est près d'une sortie de cette autoroute que le camion citerne transportant gazoil et essence s'est renversé et a pris feu ce samedi 18 juillet au matin. Une partie seulement de son chargement s'est déversée et est venue polluer l'Orcerie. 
 
Heureusement, tout pompage dans la rivière était déjà interdit mais la maire a pris un arrêté renforçant cette interdiction. Car, en plus de la sécheresse, en plus de l'interdiction depuis 1982 d'abreuver les animaux dans les cours d'eau, la forte pollution provoquée par l'accident rendait les eaux totalement impropres à toute utilisation.

Pas de conséquence donc pour les maraîchers qui n'étaient pas censés capter l'eau du ruisseau. En revanche, pour la faune et la flore, c'est une catastrophe écologique. "On nous a confirmé que tout ce qui était faune et flore était mort" précise Christelle Scuotto.

Les opérations de dépollution sont rendues difficiles par la densité de la végétation à certains endroits. Ce qui rend toute une zone inaccessible.
 

25 m3 de déchets récupérés

"On nettoie tout ce qui est accessible en amont et en aval du point de blocage, vers la route de l'Orcerie, explique Hervé Perroneau, le chef de service de la Cellule Opérationnelle de Prévention des Risques de la métropole. Hier soir (mercredi), il y avait à peu près 25 m3 de déchets récupérés (tout compris)."

Ces déchets sont pris en charge par Suez, l'entreprise qui a le marché des opérations de dépollution pour la métropole, ils seront transportés vers différents sites pour être incinérés.

"Ce qui serait bien, ajoute Hervé Perronneau, c'est qu'on ait une petite pluie qui nous amène les hydrocarbures vers le piège." En revanche, une pluie d'orage comme il peut y en avoir l'été serait très mauvaise car elle risquerait d'engendrer un débordement et une pollution plus large. Pas simple.
 
Les grosses opérations de pompage vont encore se poursuivre une semaine environ.
Les grosses opérations de pompage vont encore se poursuivre une semaine environ. © France Télévisions

Les grosses opérations de pompage se poursuivront encore jusqu'à la semaine prochaine. Ensuite, elles deviendront plus ponctuelles en fonction de ce qui sera observé sur place. "On vérifiera le chantier tous les jours et, s'il le faut, on fera venir un camion." C'est la Direction Interdépartementale des Routes de l'Ouest qui finance les opérations.

Les dégâts sur la faune piscicole ne seront pas très importants selon le responsable de la Cellule Opérationnelle de Prévention des Risques. Il y avait peu de poissons dans l'Orcerie qui est régulièrement à sec. "On commence tout juste à voir des cadavres" observe-t-il.
 

Un hiver pour que tout revienne à la normale

Une fois les pompages terminés, il faudra évaluer la pertinence d'un curage qui, parfois, peut faire plus de mal que de bien. "D'expérience, estime Hervé Perronneau, il faut laisser passer un hiver pour avoir un milieu qui revient à son état initiale."

Quant à la circulation perturbée par les travaux de réfection de la chaussée sur l'A83, elle a repris normalement mercredi.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pollution environnement faits divers