Covid-19 : des manifestations à Nantes et Angers pour le retour de la messe dans les lieux de culte

Publié le Mis à jour le

Ils étaient quelques dizaines ce dimanche matin place Graslin à Nantes répondant à l'appel de "Pour la messe", quelques centaines à Angers, tous manifestent leur volonté de voir le retour des messes dans les lieux de culte catholique, interdites depuis la reprise du confinement.

Les catholiques nantais voulaient manifester leur volonté de se réunir sur le parvis de la cathédrale ce dimanche matin, pour dénoncer l'interdiction de réunion dans les lieux de cultes.

Depuis le retour du confinement en raison de la pandémie de covid-19, les célébrations ne sont plus autorisées dans les édifices religieux pour limiter les possibilités de contagion.

Le préfet de Loire-Atlantique a refusé le choix de ce lieu, mais a proposé une possibilité de manifester place Graslin. C'est donc tournés vers le théâtre Graslin que ce sont réunis ces catholiques "fervents".

Une manifestation que Mgr Laurent Percerou, l'évêque de Nantes, indique "ne pas cautionner".
 

Manifestations ou prières de rue ?

À Angers, le même rassemblement a rencontré un peu plus de succès, 4 à 500 personnes, Anna une jeune croyante regrette que sa communauté ne puisse pas se réunir à l'église, "d'autres peuvent encore continuer à travailler, d'autres se rassemblent dans des avions dans plein d'autres lieux et qu el amesse ne puisse plus être célébrée, oui c'est choquant".

Les manifestants estiment soutenir leurs évêques par leur action, "pour faire entendre la liberté de culte" disait l'un d'entre eux ce matin à Angers.
 


Ces rassemblements ressemblent-ils à des prières de rue ? Bruno Desrobert président de l'association des familles catholiques d'Angers, conteste cette idée : "pour respecter la légalité nous avons fait une demande à la préfecture, nous avons demandé à nos participants de ne pas prier en public, nous avons remplacé ces prières par des moments de silence durant lesquels chacun a pu prier intérieurement".