DOCUMENTAIRE. Rock! Quelques histoires nantaises, rencontre avec Samuel Petit et Laurent Charliot

Samuel Petit, réalisateur du documentaire Rock! Quelques histoires nantaises diffusé sur France 3 Pays de la Loire le 14 octobre / © Eric Guillaud
Samuel Petit, réalisateur du documentaire Rock! Quelques histoires nantaises diffusé sur France 3 Pays de la Loire le 14 octobre / © Eric Guillaud

Entre Nantes et le rock, il y a comme une histoire d'amour qui rime avec toujours. Tequila, Dominique A, Elmer Food Beat, C2C..., autant de noms qui ont porté les couleurs de la ville à travers l'hexagone, autant d'histoires que nous raconte aujourd'hui un documentaire réalisé par Samuel Petit...

Par Eric Guillaud

Raconter l'histoire du rock à Nantes n'est pas une mince affaire. Évoquer plus de 60 ans de musique, des centaines de groupes, de concerts mythiques dans des salles qui le sont tout autant, évoquer ceux qui ont percé, ceux qui ont sombré mais non sans influencer, ceux qui ont viré punk, pris le tournant de l'électro ou repris le chemin du blues. Non, décidément, raconter le rock à Nantes n'a rien d'une mince affaire, tout du défi un peu fou. Le réalisateur Samuel Petit a pourtant accepté de le relever en compagnie de Laurent Charliot, grand spécialiste de la scène rock nantaise et a au-delà. 

Et pour se faire, Samuel Petit a décidé de raconter, non pas la grande histoire du rock à Nantes mais une douzaine de petites histoires entre les années 60 et aujourd'hui. Interview...
Rock quelques histoires nantaises
"Lorsque la société Supermouche Productions, m'a proposé de réaliser un documentaire sur le rock nantais pour France 3 Pays de la Loire ...", explique Samuel Petit, "je me suis demandé ce que je pouvais bien faire de ça. Je connaissais un peu le monde de la musique à Nantes, certes, mais pas plus que ça. Je connaissais Dominique A avec qui j'ai déjà travaillé, je connaissais The Little Rabbits, notamment Gaëtan Chataigner, je gravitais déjà dans le milieu mais pas d'une manière approfondie. J'ai alors rencontré Laurent Charliot qui venait de monter l'exposition Rock Une histoire nantaise au château des Ducs. Je savais qu'il avait écrit des bouquins sur le sujet. Au début, je ne savais pas comment l'intégrer au projet mais, en discutant tous les deux, on a défini le rôle de chacun. Moi je me consacrais à la réalisation, lui co-auteur, m'isolait une série d'histoires".
Dominique A - Le Twenty-two bar
Des petites histoires qui font la grande

"C'est impossible de raconter l'histoire du rock à Nantes en 52 minutes, impossible d'être exhaustif. Il fallait donc se focaliser sur les moments importants, les artistes et histoires un peu charnières de chaque époque. Laurent Charliot m'a fait une liste de 20 à 25 groupes, on en a retenu une petite douzaine".
Rock, quelques histoires nantaises
Laurent Charliot en fil conducteur

"Dès le départ, je voulais que Laurent signe la narration mais je voulais une narration vivante. Laurent, au-delà de son côté spécialiste du rock aujourd'hui, est quelqu'un qui fait partie de l'histoire de la musique en ayant créé un groupe dans les années 80. Avant d'écrire ses bouquins et de réaliser l'exposition, il était déjà partie prenante, il côtoyait ces artistes, vivait les choses. Je me suis dit qu'on allait le présenter comme un artiste de la scène musicale nantaise et qu'il deviendrait le fil rouge du documentaire. Et pour rendre le tout vivant, je l'ai fait rencontrer certains artistes dont on avait isolé les histoires, créant ainsi un échange naturel plus qu'une interview habituelle".
Picasso y Los Simios
De Picasso y Los Simios à KO KO MO

"Le premier à nous avoir reçu est Philippe Ménard, du groupe Tequila. Il nous a reçus dans son home studio où il répète et enregistre. On a aussi une séquence avec Elmer Food Beat, passage obligé puisque c'est le groupe qui a eu le succès le plus fulgurant de la scène nantaise dans ces années-là, le premier à avoir eu accès aux médias nationaux grand public".

"Ensuite, nous avons rencontré Eric Deleporte de Picasso y los Simios. C'est un peu mon coup de coeur dans le film parce que c'est un groupe qui n'a pas eu le succès mérité, en tout cas, un groupe qui n'a pas dépassé le stade des concerts. Et pourtant, même s'il n'a pas fait d'album, il a été d'une inspiration très forte pour une scène musicale majeure qui apparaîtra un peu plus tard emmenée par les Dominique A et Philippe Katerine notamment. Il y avait là l'idée du destin raté. Nous avons fait venir Eric Deleporte sur Nantes, et l'avons emmené précisément là où il répétait avec le groupe à l'époque, dans une cave sous une crêperie dans le quartier du Bouffay. Et c'est Philippe Katerine, assis à une terrasse de ce quartier qui nous explique que tout jeune musicien, à peine sorti de sa Vendée natale, il écoutait, fasciné, les notes qui sortaient de cette cave. Timide à l'époque, il n'est pas allé voir les musiciens". 
Tequila
"On a essayé d'avoir une espèce de parité entre toutes les époques...", précise Laurent Charliot, "On voit des pionniers, on voit notamment un membre de The Devils, un des premiers groupes rock nantais. Le type a aujourd'hui 65 ans. On voit des artistes importants de la scène nantaise, Katerine, Dominique A, C2C, Elmer Food Beat, mais avec des angles d'attaque un peu différents. Et puis, on a fait en sorte de faire témoigner plein d'artistes, Gaëtan Chataigner des Litllte Rabbits par exemple qui parle d'Elmer Food Beat.... On a aussi des Eric Boistard, Jean-Marc Ayrault ou Jean-Louis Jossic qui viennent ponctuer les rencontres avec les différents artistes".
KO KO MO - Self Love Age
Fiers d'être nantais
Le rock à Nantes, Une grandes famille ? "J'ai surtout eu cette impression avec les artistes actuels...", confie Samuel Petit, "20syl, par exemple nous a clairement confié qu'il suivait de très près tous les projets, il écoute tout. C'est avec cette génération montante, Voyou, INÜIT ou KO KO MO qu'on termine le documentaire. Ils sont très soudés, très à l'écoute et surtout très fiers d'être nantais. Je ne sais pas si c'était le cas dans les années 80 parce qu'il y avait la scène rennaise..."

Instants magiques
Dominique A a été un moment fort à la fois pour Samuel et Laurent. "Il y en a eu pas mal en fait...", raconte Samuel, "mais à titre personnel, j'étais très fier de raconter les débuts de Dominique A avec Arnaud Viviant , le journaliste qui a lui permis d'avoir un accès à l'émission de Bernard Lenoir sur France Inter. Cette histoire-là, je l'avais lue plusieurs fois mais pas encore entendue dans un documentaire".
The Little Rabbits - La Piscine (clip officiel / exclusive)
Idem pour Laurent Charliot qui poursuit : "Pour moi, il y en a deux. Il y a Dominique A que je connais bien. Il est toujours très intéressant et j'aime beaucoup son regard. Il nous raconte le jour où il a entendu pour la première fois son disque sur France Inter et il n'y a que lui pour raconter ça. Et puis autrement, j'ai beaucoup apprécié l'entretien avec Jean-Marc Ayrault qui m'a rappelé combien il était au fait de la culture nantaise. Il connaît bien la scène nantaise, il sait qui a fait quoi. Il nous confie par exemple qu'il a été impressionné par le groupe EV... C'était intéressant d'avoir son regard sur son action et sur la scène nantaise".

Propos recueillis par Eric Guillaud le 30 septembre 2019
Le documentaire Rock! quelques histoires nantaises sera diffusé sur France 3 Pays de la Loire le 14 octobre 2019 à 23h et sera disponible en replay sur le site de France 3 Pays la Loire durant 30 jours

 

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Eau et pesticides : la situation des Pays de la Loire

Les + Lus