Fusillade aux Dervallières à Nantes : le jeune garçon de 15 ans blessé par arme à feu est décédé

L’adolescent de 15 ans qui avait été blessé par balle lundi, dans le quartier des Dervallières, est décédé ce mercredi 13 janvier, au CHU de Nantes.

C'est au pied de cet immeuble que la fusillade a eu lieu lundi 11 janvier 2021, dans le quartier des Dervallières à nantes
C'est au pied de cet immeuble que la fusillade a eu lieu lundi 11 janvier 2021, dans le quartier des Dervallières à nantes © France Televisions

Le jeune de 15 ans grièvement blessé lundi soir à Nantes, est décédé au CHU, selon une information confirmée ce mercredi après-midi par le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès. 

L'adolescent avait été touché par des projectiles de chevrotine, l'un à la jambe, le deuxième à la carotide et le troisième avait touché un oeil.

Selon les informations communiquées mardi par le procureur de la République, des coups de feu ont été tirés depuis un véhicule qui n'a pas été identifié en direction de deux jeunes qui se trouvaient dans la rue Edmond-Bertreux, dans le quartier des Dervallières.

Un autre jeune, âgé lui de 20 ans, a été plus légèrement touché au genou.

L'enquête pour tentative de meurtre a été confiée à la Police Judiciaire.

L'adolescent était scolarisé en seconde professionnelle "Négociation et relation client " (NRC) au lycée du Sacré Coeur de Nantes, a confirmé la direction de l'enseignement catholique de Loire-Atlantique, ajoutant qu'il était "très apprécié" des élèves de sa classe. Ces derniers ont bénéficié d'une aide psychologique.

 

"A l’émotion s’ajoute la colère"


"La mort de ce jeune garçon est un drame, pour sa famille d’abord, et pour nous toutes et tous, à l’émotion s’ajoute la colère face à cet acte inqualifiable et à la violence insupportable dont ce jeune est la victime" a réagi Johanna Rolland, la maire socialistes de Nantes, ce mercredi après-midi.

Pour Ali Rebouh, adjoint à la maire et élu du quartier Dervallières-Zola, "la situation impose qu’ensemble, nous ne baissions pas les bras et que des réponses soient apportées pour que les habitants retrouvent la paix dans leur quartier".

"Quelle tristesse", réagit la sénatrice LR Laurence Garnier sur Twitter, "encore une famille détruite par les trafics de drogue".

Toujours sur Twitter, la députée LREM Valérie Oppelt, estime que "Nantes doit pouvoir signer d'urgence le contrat de #sécurité intégrée avec l'État".

Dans un communiqué ce mercredi après-midi, la municipalité rappelle que "dans le contexte lié aux trafics rue Bertreux, un travail spécifique est engagé depuis plusieurs semaines
avec l’ensemble des partenaires, Ville de Nantes (élus, services divers dont Police municipale), Police nationale, Nantes Métropole Habitat : une réunion était d’ores et déjà calée la semaine prochaine et elle sera maintenue pour avancer ensemble et apporter des réponses concrètes aux habitants".


> Le reportage de notre rédaction

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers