Journée mondiale des réfugiés : à Nantes, les associations se rassemblent près du miroir d'eau

Amnesty international organise une manifestation à Nantes en faveur des réfugiés à l'occacion de la journée mondiale consacrée à ces derniers, ce 20 juin 2020. Le cortège se réunit à 10h30 à proximité du miroir d'eau près du château de Nantes.
Le gymnase Jeanne-Bernard de Saint-Herblain (Loire-Atlantique) occupé par des personnes déplacées, en mars 2019.
Le gymnase Jeanne-Bernard de Saint-Herblain (Loire-Atlantique) occupé par des personnes déplacées, en mars 2019. © Loïc Venance / AFP

En ce 20 juin est célebrée la Journée mondiale des réfugiés. Pour rappeler la précarité des ces personnes déplacées, le milieu associatif nantais organise depuis quelques années une manifestation au miroir d'eau, au pied du château des ducs de Bretagne. Ce 20 juin, ils se rassemblent là-bas à 10h30 dans le respect des consignes sanitaires liées à l'épidémie de Covid-19. Une soixantaine de militants associatifs et d'exilés ont répondu présent.

L'évènement, co-organisé par Amnesty international et les associations accompagnant les réfugiés à Nantes (Attac 44, la Ligue des droits de l'Homme, la Cimade) vise à alerter la population sur le sort des sans-papiers en France, dont les démarches de régularisation sont bien souvent restées en suspens pendant les deux mois du confinement.

"Depuis quatre ans à l'approche du 20 juin, nous consacrons une scène aux demandeurs d'asile et nous distribuons de l'information place du Bouffay, explique un militant d'Amnesty international. Cette année, on n'a rien pu organiser, mais nous voulions quand même rapeler que la situation internationale s'est empirée : les camps de réfugiés ont été durement touchés par le virus et on observe de nombreuses atteintes aux droits d'asile, notamment en France avec la suspension des démarches."

Une précarité exacerbée par le Covid-19

"Les situations administratives précaires ou irrégulières privent de quasiments tous les dispositifs de protection sociale, dont l'importance a été particulièrement manifeste ces dernières semaines," rappelle la LDH, mentionnant aussi la difficulté de trouver du travail ou la crainte de l'arrestation pour une personne se trouvant dans ce contexte.

Ces acteurs, par la voix d'Amnesty international, tiennent à souligner que "14 000 personnes ont obtenu le statut de réfugié en France en 2019, un chiffre qui paraît terriblement dérisoire par rapport au nombre de personnes en danger qui tentent de fuir leur pays". Cette même année, un quart des hommes (25,8 %) et 31,7 % des femmes demandeurs d'asile ont reçu un avis favorable de séjour en France.

La Journée mondiale des réfugiés est fêtée tous les 20 juin depuis 2001 grâce à une résolution de l'Assemblée générale des Nations unies, afin "de rendre hommage aux personnes qui ont dû tout fuir, afin de saluer leur espoir et leur courage de reconstruire leur vie en sécurité".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
réfugiés société solidarité immigration