Le CHU de Nantes fait appel au mécénat pour financer certains de ses équipements de pointe

C'est un financement devenu essentiel pour le CHU de Nantes : le mécenat. Le plus grand hôpital public de l'Ouest fait de plus en plus appel aux sponsors privés. Des fonds qui ont notamment servi au financement d'équipements de pointe pour le pôle de médecine physique et de réadaptation de l’hôpital Saint-Jacques.

Victime d’un accident de la route, Florentin Albert est pris en charge depuis un an au pôle de médecine physique et de réadaptation, à l’hôpital Saint-Jacques à Nantes.
Il bénéficie des toutes dernières innovations comme cet exosquelette dont le coût dépasse les 100 000 euros.

Ça nous remotive directement dans la tête

Florentin Albert

Victime d'un accident de la route

"C'est un peu des sensations au début qui sont drôles, raconte Florentin, parce qu'on n'a plus l'habitude de se mettre debout. Ça nous remotive directement dans la tête". 

"L'exosquelette sert à travailler les phases d'appui, à rendre autonome le patient dans une phase assis debout, explique Caroline André, kinésithérapeute, on est vraiment sur une stimulation de la motricité ou une stimulation musculaire en fonction du type de patient". 

On va beaucoup plus vite avec ce type de matériel que sur une rééducation classique

Caroline André

Kinésithérapeute

"J'avais une lésion de la moelle épinière assez basse, incomplète. Mais j'ai retrouvé un peu la sensation de mes jambes en arrivant ici, raconte Florentin, avec la robotique, on relance un peu le système nerveux et on stimule de plus en plus".

Améliorer le potentiel de récupération

Comme Florentin, deux tiers des patients accueillis sont atteints de lésions cérébrales ou de la moelle épinière.

Sur le nouveau plateau technique de rééducation, inauguré en 2020, les patients bénéficient des dernières innovations. Des équipements onéreux cofinancés grâce aux dons de particuliers et d’entreprises.

"On utilise beaucoup par exemple des exosquelettes robotisés pour la rééducation à la marche. Le simulateur de conduite a été entièrement financé par le fonds de dotation, explique le Pr Brigitte Perrouin-Verbe, médecine physique et réadaptation à au CHU hôpital Saint-Jacques, toutes ces technologies innovantes participent, pour ceux qui ont des lésions en tout cas incomplètes, à améliorer le potentiel de récupération de la lésion neurologique elle-même.C’est extrêmement déterminant".

130 projets financés par le mécénat

Depuis 2014, le fonds de dotation du CHU de Nantes a collecté 11 millions d’euros et financé 130 projets dans les domaines de la recherche, de la prise en charge et du bien-être des patients.

"L'État, son job, c'est de financer des murs, quatre murs, souvent blancs, avec du matériel, des ETP, ça veut dire des soignants, et tout le reste, c'est assez accessoire, constate Patrice Gueudelot, directeur du mécénat du CHU de Nantes, nous, on pense que le fonds de dotation, ce n'est pas du tout accessoire, ça représente 2,9 millions d'euros de collecte. Grâce à ça, on a pu être un peu présents partout dans l'hôpital". 

En 2023, 3 millions et demi d’euros devraient être collecté auprès d’une centaine d’entreprises et de plusieurs dizaines de mécènes particuliers.

durée de la vidéo : 00h02mn38s
C'est un financement devenu essentiel pour le CHU de Nantes : le mécenat. Le plus grand hôpital public de l'Ouest fait de plus en plus appel aux sponsors privés. Des fonds qui ont notamment servi au financement d'équipements de pointe pour le pôle de médecine physique et de réadaptation de l’hôpital Saint-Jacques. ©France Télévisions

Le reportage de Fabienne Even, Juliette Poirier et Christophe Person