Nantes : Aircool blanchit les toits pour lutter contre les canicules

Et si la solution pour rafraîchir l'intérieur des bâtiments industriels ou des maisons, c'était de peindre les toits en blanc pour renvoyer les rayons du soleil ? Une entreprise nantaise, Aircool, s'est lancée dans cette activité en utilisant une peinture spéciale fabriquée en Bretagne.

Maxime Claval, le fondateur d'Aircool sur un de ses chantiers à Nantes.
Maxime Claval, le fondateur d'Aircool sur un de ses chantiers à Nantes. © France Télévisions Olivier Quentin

Les vendeurs de systèmes de climatisation se frottent les mains, le réchauffement climatique travaille pour eux. L'inverse est vrai aussi puisque les climatisations contribuent à réchauffer l'atmosphère en rejetant de la chaleur.

La solution idéale serait d'éviter que la chaleur du soleil ne pénètre à l'intérieur des bâtiments. C'est tout l'intérêt d'une bonne isolation. Mais on peut aussi, comme cela se fait depuis longtemps dans les pays chauds, peindre les toitures en blanc. 

Maxime Claval est ingénieur en thermique du bâtiment. S'intéressant à la question, il a créé à Nantes sa société, Aircool, qui propose aux entreprises et aux particuliers de peindre leur toiture en blanc, lorsqu'il s'agit de toits terrasses notamment.

Mais encore fallait-il trouver la bonne peinture, car peindre en blanc ne suffit pas. On gagne certes des degrés mais la peinture finit pas se dégrader sous les effets des infrarouges et des ultraviolets.

Après quelques recherches, Maxime a pris contact avec une société de Plérin, dans les Côtes d'Armor, La Celtique.

Une technologie issue de la conquête spatiale

Cette entreprise est spécialisée dans les détergents mais aussi, pour 30% de son activité, dans les peintures visant à répondre à des problématiques spécifiques, peintures sur carrelage, pour l'agroalimentaire...

"Nous ne sommes pas des créateurs de molécules, explique Olivier Bellœuvre, responsable du secteur peintures de La Celtique. Nous associons des composants."

Et pour créer sa peinture blanche spéciale toitures, La Celtique a utilisé une technologie issue de la recherche pour la conquête spatiale, aujourd'hui tombée dans le domaine publique, des microbilles d'air qui favorisent l'isolation.

Testé par le CSTB

Associée à des pigments réflectifs pour renvoyer les infrarouges, cette technique permet d'obtenir une peinture aux multiples vertus.

Non seulement elle renvoie les rayons du soleil, mais également les infrarouges et elle transmettra moins la chaleur grâce à ses microbilles isolantes. Se basant sur des tests réalisés par le CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment), La Celtique affiche pour sa peinture des résultats deux fois supérieurs à une peinture classique.

"Ce serait difficile de la breveter, reconnait Olivier Bellœuvre, mais on a un savoir-faire en terme de formulation et de fabrication." L'entreprise compte aujourd'hui parmi ses clients, des industries, des grandes surfaces et Aircool à Nantes qui vient donc de se créer.

Peinture blanche sur toiture

"La peinture peut adhérer partout, explique Maxime Claval, mais les premières ventes se font sur des toits terrasses." Difficile en effet d'imaginer repeindre en blanc une toiture d'ardoises.

Mais souvent, les extensions de maisons individuelles sont dotées de toits plats recouverts d'acier ou de membranes. 

Une extension trop chaude l'été

C'est le cas de la maison de Catherine et René De Pierrefeu dans le quartier Croix-Bonneau à Nantes. La maison qu'ils ont achetée en 1999 avait déjà été agrandie d'une extension de 91 m². "Depuis qu'il fait régulièrement des pointes à 40° l'été, raconte René, ici, il faisait facilement 27 à 28° !"

Ce printemps a été l'occasion pour le couple de faire appel à Maxime Claval pour "blanchir" la toiture de cette extension. Si Catherine et René ne sont pas impatients de vivre une prochaine canicule, ils l'envisagent cependant plus sereinement.

"On gagne entre 3 et 6° dans les logements" assure Maxime Claval.

Catherine et René De Pierrefeu devant l'extension dont ils ont fait blanchir le toit.
Catherine et René De Pierrefeu devant l'extension dont ils ont fait blanchir le toit. © France Télévisions Olivier Quentin

L'entreprise nantaise commence à étoffer son carnet de commandes. "Ce sont souvent des gens qui ont des enfants dans des chambres sous la toiture, note Maxime Claval, et qui dorment mal du fait de la chaleur. Ou pour des extensions où il fait très chaud l’été."

Mais des entreprises qui souhaitent réduire leur facture de climatisation l'ont aussi contacté.

Quant au prix, il est lié à la superficie. Comptez 30 € hors taxes le m² et hors pose pour les particuliers. Pour les entreprises, les superficies et donc les volumes étant plus importants, le prix est plutôt de 20 € le m², pose comprise.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
innovation économie environnement